Médecine

Dormir trop peu est lié à l'hypertension artérielle

Dormir trop peu est lié à l'hypertension artérielle

  • Les chercheurs rapportent que moins une personne dort d’heures, plus son risque d’hypertension artérielle est élevé.
  • Les preuves liant moins de sommeil à l’hypertension ne sont pas nouvelles, mais les conclusions ont été incohérentes dans le passé.
  • Le risque d’hypertension artérielle est plus élevé chez les femmes qui dorment moins.

Dormir moins de 7 heures par nuit est associé à un risque plus élevé de hypertension artérielle au fil du temps, selon une nouvelle étude.

Les résultats, qui n'ont pas encore été publiés dans une revue à comité de lecture, sont présentés lors de la session scientifique annuelle de l'American College of Cardiology.

Les auteurs de l'étude ont reconnu que l'association entre les habitudes de sommeil et l'hypertension artérielle, également connue sous le nom d'hypertension, n'est pas nécessairement une révélation.

Cependant, ils ont déclaré que les preuves de ce lien étaient incohérentes dans le passé.

Détails de l'étude sur le sommeil et l'hypertension artérielle

Les chercheurs ont examiné les données de 16 études réalisées entre janvier 2000 et mai 2023.

Les informations concernaient des incidences d'hypertension chez 1 044 035 personnes dans six pays qui n'avaient pas d'antécédents d'hypertension artérielle sur des périodes de suivi allant de 2 à 18 ans (avec une médiane de 5 ans).

Les chercheurs ont rapporté que ceux qui dormaient moins longtemps avaient un risque significativement plus élevé de développer une hypertension, même après ajustement aux facteurs de risque démographiques et cardiovasculaires, notamment le tabagisme, la tension artérielle, la masse corporelle, l’éducation, le sexe et l’âge.

L’association était encore plus forte pour les personnes dormant moins de cinq heures.

“Selon les données les plus récentes, moins vous dormez – c'est-à-dire moins de sept heures par jour – plus vous risquez de développer une hypertension artérielle à l'avenir”, a déclaré le Dr Kaveh Hosseini, chercheur principal de l'étude et professeur adjoint. de cardiologie au Centre cardiaque de Téhéran en Iran, dans un communiqué. « Nous avons observé une tendance entre des durées de sommeil plus longues et une fréquence plus élevée d’hypertension artérielle, mais elle n’était pas statistiquement significative. Dormir sept à huit heures, comme le recommandent les experts du sommeil, peut également être le meilleur pour votre cœur.

Vous aimerez aussi :  Peut-on hériter de l'obésité de ses parents ? Une nouvelle recherche dit que c'est possible

L’équipe de recherche a rapporté que dormir moins de 7 heures était associé à un risque accru de 7 % de développer une hypertension artérielle. Ce nombre augmentait à 11 % lorsque la durée du sommeil était inférieure à 5 heures.

Hosseini a déclaré que l'équipe a comparé cela aux effets du diabète et du tabagisme, qui, selon eux, sont connus pour augmenter le risque d'hypertension d'au moins 20 %.

Hosseini a déclaré que même si les chercheurs n'ont pas spécifiquement examiné les causes possibles, les troubles du sommeil pourraient en être la cause.

Il a ajouté que d'autres facteurs pourraient inclure des troubles du sommeil tels que l'apnée du sommeil, ainsi que la dépression, l'anxiété, la consommation de certains médicaments, l'alcool, le travail de nuit, la suralimentation ou d'autres habitudes de vie.

Le risque d’hypertension artérielle est plus élevé chez les femmes

L'âge des participants à l'étude variait de 35 à 61 ans. Plus de la moitié (61 %) étaient des femmes.

Les femmes déclarant moins de 7 heures de sommeil avaient un risque 7 % plus élevé de développer une hypertension artérielle.

Les chercheurs ont exprimé leur surprise de ne pas avoir trouvé de différences basées sur l'âge dans l'association entre la durée du sommeil et l'hypertension, car les habitudes de sommeil changent fréquemment avec l'âge.

« Dormir trop peu semble être plus risqué chez les femmes », a déclaré Hosseini. « La différence est statistiquement significative, même si nous ne sommes pas sûrs qu'elle soit cliniquement significative et qu'elle doive être étudiée plus en détail. Ce que nous constatons, c’est que le manque de bonnes habitudes de sommeil peut augmenter le risque d’hypertension artérielle, ce qui, nous le savons, peut ouvrir la voie aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.

L'équipe a déclaré que l'étude avait des limites, notamment parce que les données étaient auto-déclarées, de sorte que les changements dans la durée du sommeil au cours de la période de suivi n'avaient pas été évalués. Il y avait également des variations dans les définitions de la courte durée du sommeil entre les études (moins de 5 ou 6 heures).

“Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l'association entre la durée du sommeil et l'hypertension artérielle en utilisant des méthodes plus précises telles que la polysomnographie, une méthode permettant d'évaluer plus précisément la qualité du sommeil”, a déclaré Hosseini. « De plus, les variations dans la durée de sommeil de référence soulignent la nécessité d’une définition standardisée dans la recherche sur le sommeil afin d’améliorer la comparabilité et la généralisabilité des résultats dans diverses études. »

Vous aimerez aussi :  Ozempic pourrait retarder la progression de la maladie rénale, selon les derniers résultats d'un essai

Les experts réagissent à une étude sur le risque de sommeil et d’hypertension

Le Dr Cheng-Han Chen, cardiologue interventionnel et directeur médical du programme cardiaque structurel au MemorialCare Saddleback Medical Center en Californie, a déclaré : Actualités médicales aujourd'hui des recherches supplémentaires doivent être menées pour déterminer pourquoi les femmes courent un risque plus élevé.

“Comme on pense qu'un mauvais sommeil augmente les hormones du stress qui peuvent augmenter la tension artérielle, il est possible que les femmes aient une réaction de stress accrue aux perturbations du sommeil”, a déclaré Chen, qui n'a pas participé à l'étude.

Susan Miller est une experte certifiée du sommeil et chercheuse principale chez SleepMattressHQ.com, un site dédié à aider les gens à mieux dormir.

Miller, qui n'a pas participé à l'étude, a déclaré Actualités médicales aujourd'hui que le risque plus élevé chez les femmes pourrait être attribué à des facteurs hormonaux, « en particulier aux fluctuations des niveaux d’œstrogènes, qui peuvent influencer différemment les habitudes de sommeil et la santé cardiovasculaire ».

« Les femmes sont plus susceptibles de souffrir de troubles du sommeil liés aux changements hormonaux pendant les menstruations, la grossesse et la ménopause », a-t-elle déclaré. « Les facteurs sociaux et environnementaux s'ajoutent également à des facteurs tels que les responsabilités en matière de soins et le stress lié au travail qui affectent la qualité et la quantité du sommeil des femmes. tout cela contribue à augmenter le risque d’hypertension.

Remèdes aux problèmes de sommeil

Chen a ajouté que l'importance du sommeil sur la santé globale devient plus claire à mesure que de plus en plus de recherches examinent les effets d'un sommeil de mauvaise qualité.

“Cependant, il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas concernant les mécanismes par lesquels un mauvais sommeil affecte la santé”, a-t-il déclaré. “Certaines habitudes de sommeil saines consistent à garder la chambre fraîche, sombre et calme, à éviter la caféine et l'alcool, à dormir à peu près à la même heure chaque jour, à faire de l'exercice régulièrement pendant la journée et à éviter les siestes l'après-midi.”

Vous aimerez aussi :  Une nouvelle voie pourrait contribuer au déclin de la plasticité cérébrale dans la maladie d'Alzheimer

Le Dr Rigved Tadwalkar, cardiologue consultant au Providence Saint John's Health Center en Californie, a déclaré Actualités médicales aujourd'hui qu'un sommeil adéquat permet au corps de se reposer et de se réparer.

“(Il) régule également les hormones qui influencent la pression artérielle, l'inflammation et le taux de sucre dans le sang, qui sont tous d'une importance cruciale pour la santé cardiaque”, a déclaré Tadwalkar, qui n'a pas participé à l'étude.

Il a suggéré un certain nombre de moyens permettant aux gens d’améliorer leur sommeil.

“Maintenez un horaire de sommeil cohérent”, a conseillé Tadwalkar. « Pour garantir une nuit plus reposante, respectez une routine de sommeil régulière. La cohérence est la clé. Se coucher et se réveiller aux mêmes heures chaque jour, y compris le week-end, contribue à réguler votre horloge interne, ce qui se traduit par une meilleure qualité du sommeil.

“Si nécessaire, résistez à la tentation de dormir plus d'une heure au-delà de votre heure de réveil habituelle, car cette pratique favorise la stabilité de vos habitudes de sommeil”, a-t-il ajouté.

Tadwalkar a déclaré qu'il est important de créer une routine relaxante au coucher.

«Repensez vos activités avant le sommeil. Évitez les activités stimulantes comme le temps passé devant un écran avant de vous coucher », a-t-il recommandé. “Au lieu de cela, adoptez des rituels apaisants tels que lire un livre ou pratiquer des techniques de relaxation pour signaler à votre corps qu'il est temps de se détendre.”

Tadwalkar a déclaré que l'optimisation de votre environnement de sommeil aide également.

“Gardez la pièce fraîche, sombre et calme pour améliorer l'environnement de sommeil”, a-t-il conseillé. “Débarrassez-vous autant que possible des sources de bruit et de lumière et ajustez la température pour créer un cadre idéal pour une nuit de sommeil paisible.”

Et si les difficultés persistent, Tadwalkar a déclaré qu'il est important de consulter un professionnel de la santé pour une évaluation plus approfondie et des conseils personnalisés.

« Ils peuvent aider à identifier les causes sous-jacentes des problèmes de sommeil et recommander les options de traitement les plus appropriées. Envisagez en particulier de demander l’aide d’un médecin du sommeil, spécialisé dans le diagnostic et le traitement des troubles du sommeil », a déclaré Tadwalkar. « Les médecins en médecine du sommeil possèdent l’expertise nécessaire pour effectuer des tests spécialisés, élaborer des plans de traitement sur mesure et fournir des conseils en matière de santé du sommeil à long terme. »