Beauté

Les huit questions que vous devez vous poser pour savoir si vous êtes fort mentalement

Les huit questions que vous devez vous poser pour savoir si vous êtes fort mentalement

Force mentale C'est l'ensemble des ressources psychologiques dont nous disposons ou acquérons au fil du temps et qui nous aident à faire face aux défis et aux situations complexes de la vie. Plus cette force émotionnelle est grande, plus il sera facile de surmonter l'incertitude, de reconnaître ses propres désirs (et non ceux imposés par l'environnement social) et de décider quelle voie prendre. Par rapport à cela, Le célèbre entraîneur Scott Mautz a publié le livre The Mentally Strong Leaderdans lequel il définit cette caractéristique « comme la capacité d'autoréguler ses émotions, ses pensées et ses comportements pour obtenir des résultats exceptionnels malgré l'adversité ».

L'auteur assure qu'au cours de ses 30 années de recherche, il a réussi à développer un questionnaire qui sert à auto-évaluer personnellement la force mentale de chacun. Ce sont huit questions auxquelles vous devez répondre honnêtement. Nous avons discuté avec Beatriz Galván, psychologue experte en attachement et traumatisme, pour analyser point par point. l'importance de chacune de ces questions que propose Mautz de bien comprendre où réside la force de chacune des caractéristiques que l’auteur souhaite mettre en avant. Regardons les questions et chacun des commentaires de l'expert :

1. Comment dois-je me comporter face à un revers dans la vie ?

Selon Mautz, « lorsqu’on surmonte des obstacles et qu’on fait face à des défis, il y a forcément des moments de défaite ». Mais Ce qui détermine une plus grande force mentale, c'est la capacité de se lever et d'avancer.. Nous parlons de résilience, qui selon Beatriz Galván, est «la capacité de s’adapter et de surmonter des situations défavorables, comme le stress, l’adversité ou un traumatisme. La résilience implique la capacité à gérer des situations difficiles, à rebondir après des difficultés et à relever les défis avec détermination.

Être résilient, c'est gérer les difficultés de acceptation, adaptabilité, soins personnels et recherche de soutien, le tout avec une attitude plus constructive et positive, axée sur la recherche de solutions et non sur les problèmes. Selon l'expert, la résilience peut vous être bénéfique de plusieurs manières, améliorer votre capacité à gérer le stress et la pression, augmenter votre estime de soi et votre confiance en vous-même, vous aidant à surmonter des situations difficiles, renforçant vos relations personnelles et professionnelles et, finalement, améliorant votre bien-être émotionnel et mental. «La résilience vous aide à affronter les défis de la vie avec force et optimisme, ce qui peut améliorer votre qualité de vie et votre capacité à atteindre vos buts et objectifs»dit Galvan.

Et comment réaliser tout cela ? L'expert estime que Il est important d'avoir une attitude proactive et pour ce faire, il nous donne quelques lignes directrices pour se comporter positivement dans une situation difficile, car « elles font partie de l'apprentissage et de la croissance personnelle » :

  1. Acceptez la situation : “Reconnaître et accepter que quelque chose de négatif s'est produit est la première étape pour pouvoir le surmonter”, explique Galván.
  2. Demandez de l'aide si nécessaire : “Il est important d'avoir un système de soutien dans les moments difficiles”, explique la psychologue. Par conséquent, encouragez-vous à ne pas avoir peur de demander de l’aide à vos amis, à votre famille ou à des professionnels si vous en avez besoin.
  3. Réfléchissez à ce qui s’est passé : Analysez la situation et essayez d’identifier ce qui n’a pas fonctionné et quelles leçons vous pouvez en tirer pour éviter de commettre les mêmes erreurs à l’avenir.
  4. Maintenir une attitude axée sur les solutions : Même si la situation est difficile, il s’agit de se concentrer sur la recherche de solutions au lieu de se concentrer uniquement sur ce qui s’est passé, ce qui peut vous faire entrer dans une boucle dont vous ne pouvez pas facilement sortir.
  5. Recherchez de nouvelles opportunités : Profitez du revers comme d’une opportunité de croissance et d’amélioration. Recherchez de nouveaux objectifs ou voies à suivre qui vous aideront à surmonter la situation.
  6. Prends soin de toi: « Ne négligez pas votre bien-être émotionnel, physique et mental. Prenez le temps de prendre soin de vous et faites des activités qui vous font du bien”, conseille l'expert.
Vous aimerez aussi :  L'huile virale pour cheveux, visage et corps vendue toutes les 7 secondes dans le monde

2. Est-ce que je travaille bien sous pression ?

« Être fort mentalement signifie penser au défi plutôt qu’à la menace. »dit Mautz. Et la capacité d'un individu à travailler sous pression en dit long sur sa façon de penser et de votre façon de répondre aux stimuli stressants, si courant dans la vie de tous les jours. Bien sûr, Beatriz Galván s'efforce de changer la situation si nécessaire : « Travailler avec des délais limités ou une charge de travail plus importante reste une situation stressante, et Idéalement, cela ne devrait pas être maintenu au fil du temps comme condition de travail., car cela ne profite pas au bien-être émotionnel”, dit-il. Mais face à une éventualité de ce type, il propose une série de conseils pour pouvoir faire face à ces situations :

  1. S'organiser: « Tenez une liste de tâches prioritaires et fixez des délais réalistes pour les réaliser », conseille-t-il. Cela vous aidera à rester concentré sur les tâches les plus importantes et à éviter de vous sentir dépassé par la quantité de travail à accomplir.
  2. Prioriser : Dans les situations de forte pression, il est important d’identifier les tâches les plus importantes et les plus urgentes. Consacrez votre temps et votre énergie à les terminer d’abord, puis passez aux choses les moins importantes.
  3. Rester calme: “Il est normal de se sentir stressé sous pression, mais essayez de rester calme en utilisant des stratégies qui vous aident à y parvenir, comme la respiration profonde qui peut vous aider”, suggère Galván.
  4. Communiquer: «Si vous vous sentez dépassé ou avez besoin d'aide, n'hésitez pas à contacter vos collègues ou supérieurs. Demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse, mais d'intelligence”, recommande-t-il.
  5. Prendre des pauses: Il est important de prendre de courtes pauses pour se ressourcer et maintenir sa clarté mentale. Cela ne vous rendra pas moins productif, au contraire, cela vous rendra plus frais face à la surcharge de travail, tout en prenant soin de votre santé mentale.
  6. Apprenez à déléguer : Si possible, déléguez des tâches à d'autres membres de l'équipe pour répartir la charge de travail et effectuer les tâches plus efficacement.
  7. Apprenez à dire non : Dans des situations de forte pression, il est important de savoir quand dire non à des tâches supplémentaires qui pourraient affecter votre performance sur les tâches prioritaires.
Vous aimerez aussi :  Aliments avec le plus de protéines

3. Est-ce que je recherche l’approbation des autres ?

“Les personnes mentalement fortes recherchent l'authenticité, pas l'approbation.”, conclut Scott Mautz. Rechercher une validation externe est très dangereux, car cela peut éroder votre confiance en vous. « Rechercher occasionnellement une validation externe peut être bénéfique pour obtenir des commentaires et des perspectives différentes, mais Trop s’y fier peut avoir des conséquences négatives. en estime de soi, en confiance et en authenticité personnelle”, prévient l'expert. Voici les problèmes liés à ce comportement :

  1. Dépendance excessive : “Rechercher constamment une validation externe peut conduire à une dépendance excessive à l'égard des opinions des autres pour prendre des décisions, ce qui peut diminuer la confiance en vous et en vos propres capacités”, prévient Galván.
  2. Insécurité chronique : Si une personne s’habitue à rechercher une validation externe pour chaque action qu’elle entreprend, elle peut constamment douter de ses propres capacités et décisions.
  3. Manque d'authenticité : Selon le psychologue, trop se concentrer sur la validation externe peut conduire à un manque d'authenticité, puisque la personne peut finir par agir selon ce qu'elle pense que les autres veulent voir au lieu d'être fidèle à elle-même.
  4. Risque de falsification : C’est très intéressant et vous n’y avez peut-être pas pensé jusqu’à présent. Galván est très clair : « Si une personne recherche excessivement une validation externe, elle court le risque d'être manipulée par ceux qui cherchent à influencer ses décisions pour son propre bénéfice, au lieu d'agir dans son propre intérêt. »

4. Est-ce que je me compare aux autres ?

Mautz dit que « se comparer aux autres vous fait souvent vous sentir petit et inadéquat ». Il est très courant que Comparez vos propres faiblesses avec les forces des autres, donc vous perdrez toujours. « Ce processus de comparaison avec les autres peut générer des sentiments d'infériorité, d'insatisfaction ou d'envie, et peut limiter notre croissance personnelle en nous concentrant sur les forces des autres plutôt que sur les nôtres », prévient Beatriz Galván. Et pourquoi le faisons-nous ? L'expert assure qu'il s'agit de quelque chose de multifactoriel, puisqu'il peut s'agir de diverses caractéristiques de notre personnalité ou de notre propre histoire comme le manque de confiance en soi, l'érosion de l'estime de soi, les problèmes d'acceptation de soi, les expériences passées, la propre personnalité de l'individu ou encore la pression de l'environnement social.

5. Suis-je capable d’accepter les risques et de changer pour m’épanouir personnellement ?

«Sortir de sa zone de confort vous donne la possibilité de expérimenter de nouvelles situations, apprentissages et défis. Cela favorise la confiance en soi, augmente la capacité d'adaptation et de croissance personnelle », explique Beatriz Galván. Comme le souligne Mautz, cela implique de « voir grand, de prendre des risques, de laisser l'inconfort derrière soi ».voler de nouvelles choses et accepter le changement “à la recherche de quelque chose qui en vaut la peine.” Et selon l'expert, se limiter à toujours fonctionner de la même manière et dans les mêmes environnements, Cela peut signifier rester stagnant, limitant vos opportunités d’apprentissage, de croissance et de développement personnel.. À son tour, cela peut générer des réactions d’insatisfaction, un sentiment de routine et un manque de progrès dans la vie.

Vous aimerez aussi :  C'est la crème hydratante que tout le monde recherche

6. Est-ce que je sais comment m’autoréguler émotionnellement ?

Scott Mautz estime que les personnes émotionnellement fortes « ne laissent pas les émotions négatives prendre le dessus ». Ceci, si clair sur le papier, est plus compliqué à réaliser qu’il n’y paraît, car il s’agit d’un contrôle de nos propres émotions que nous n’obtenons pas toujours. «L'autorégulation émotionnelle est la capacité à gérer nos émotions et y répondre efficacement. Cela inclut la capacité de se connecter avec nos propres émotions et de les gérer », explique Galván. «Cette capacité s'acquiert tout au long de l'enfance., grâce à l'interaction avec nos pères, nos mères et nos soignants. Selon la façon dont ils ont été Cette capacité s'acquiert tout au long de l'enfance. interactions, et comment elles nous ont accompagnés émotionnellement, nous saurons nous autoréguler plus ou moins efficacement”, poursuit-il.

Alors s’il s’agit d’une compétence acquise dans l’enfance, ne peut-elle pas être travaillée à l’âge adulte ? Bien sûr que oui. Beatriz Galván assure qu'il existe des outils : «travailler sur sa connaissance de soi et sa connexion avec ses émotionsapprendre des techniques de relaxation, apprendre et utiliser des compétences de communication, pratiquer la pleine conscience, travailler sur ses pensées, pratiquer une activité physique, soutenir son entourage et par la psychothérapie.

7. Suis-je une personne indécise ou n’ai-je pas peur de prendre des décisions ?

Galván assure que prendre ses propres décisions est essentiel pour exprimer son autonomie, son identité et ses valeurs personnelles, vous permettant de prendre la responsabilité de votre vie, développez votre confiance en vous et définissez la direction que vous souhaitez suivre. « Se laisser emporter par les décisions des autres peut conduire à un sentiment de manque de contrôle sur sa propre vie, une faible estime de soi et de la frustration. Cela pourrait également entraîner des regrets, de l'insatisfaction et une prise de distance par rapport à ses propres désirs et objectifs”, prévient l'expert.

8. Est-ce que je connais mes propres faiblesses et est-ce que je les affronte ?

L'introspection est la capacité de réfléchir et d'observer ses propres pensées, émotions et expériences internes.. C’est un processus de connaissance de soi et d’auto-exploration qui vous aide à mieux vous comprendre. « L'exercice d'exploration et de réflexion sur ce que vous pensez, ce que vous ressentez et ce que vous vivez vous aide à Mieux se connaître, identifier ses points forts et ses axes d'amélioration, et prenez des décisions plus alignées sur vos valeurs et objectifs personnels. L'introspection vous permet d'identifier vos faiblesses, de comprendre leur origine et comment elles vous affectent. En te connaissant en profondeur, vous pouvez développer des stratégies pour affronter et surmonter ces faiblessesaméliorant ainsi votre croissance personnelle et émotionnelle”, conclut Beatriz Galván.