Autres

Ce sont les compléments alimentaires qui peuvent améliorer les symptômes de la ménopause

Ce sont les compléments alimentaires qui peuvent améliorer les symptômes de la ménopause

On parle beaucoup de bouffées de chaleur, mais autour de la ménopause, une telle série de changements se produisent dans l’organisme féminin qu’à ce stade se traduit par toute une cascade de symptômes. «Les vasomoteurs ne sont pas les seuls. La science a décrit plus de 100 signes liés à ces altérations hormonales”, explique le Dr Silvia P. González, présidente de l’Association espagnole pour la ménopause (AEEM). Le gynécologue souligne que le problème est que “moins de 20% sont libres d’en ressentir les conséquences”. Autrement dit, au moins huit femmes sur dix souffriront d’un certain type de symptôme avant, pendant et après cette étape. Parmi eux, un tiers souffrira de ce que l’on appelle le syndrome climatérique intense.

« Malgré ces données, 85% d’entre eux le font sans outils. Autrement dit, à cru », déplore Marta Masi. Le pharmacien, qui était l’un des intervenants lors de la dernière réunion ASISA WeLife Menopause, est un ardent défenseur de l’amélioration de la qualité de vie des femmes à cette étape. « Je ne parle pas du traitement hormonal, qui existe bien sûr pour toutes celles qui en ont besoin (et d’ailleurs, seulement 4 % de ces femmes en bénéficient). Mais parce qu’il existe de nombreuses armes, comme les compléments alimentaires, pour traverser cette période en se sentant bien », dit-il.

Bouffées de chaleur : comment les améliorer avec des compléments alimentaires

Bien que, comme l’a souligné le Dr González, il en existe bien d’autres, les symptômes vasomoteurs sont les plus courants pendant la ménopause. A tel point que l’AEEM considère que l’un des critères d’opter pour une hormonothérapie est que ces bouffées de chaleur, et le reste des signes associés (transpiration, palpitations…) affectent significativement la qualité de vie.

Vous aimerez aussi :  Comment contrôler les bouffées de chaleur de la ménopause pendant l'exercice : pour pouvoir profiter du sport

Lorsque cette altération des thermorégulateurs cérébraux n’est pas très intense, c’est-à-dire qu’elle n’interfère pas avec la vie quotidienne, certains suppléments peuvent être utilisés. Les isoflavones de soja sont peut-être les plus connues. ” Même si les compléments alimentaires formulés sont aujourd’hui largement utilisés à base de pollen ou d’actée à grappes racémeuses, qui se sont révélés efficaces pour améliorer les bouffées de chaleur », souligne l’endocrinologue Clotilde Vázquez, auteur de « Avec des hormones déjà folles ». La sauge, le houblon ou la glycine peuvent également aider en cas de troubles thermiques.

Le pouvoir polyvalent des adaptogènes

L’un des traitements non hormonaux les plus populaires ces derniers temps sont ceux qui contiennent des adaptogènes. Ces plantes, considérées comme médicinales, améliorer la réponse adaptative de l’organisme au stress. Entre autres actions, ils contribuent à équilibrer le système hormonal et ont la capacité d’ajuster leur fonction selon les besoins de chacun, qu’elle soit stimulante ou apaisante. Marta Masi les recommande pour relever les défis mentaux et émotionnels de la ménopause : sautes d’humeur, brouillard cérébral, problèmes de mémoire…

«Ils sont surtout intéressants pour éviter la sensation de fatigue mentale et le manque de concentration, provoqués, entre autres, par le manque de repos réparateur», souligne-t-il. La société pharmaceutique souligne également le les oméga 3 comme un grand allié pour améliorer ces sensations. En outre, il ressort que les compléments alimentaires à base d’adaptogènes peuvent contribuer à améliorer les états d’anxiété, voire de dépression, provoqués par une diminution de la sérotonine. Masi mentionne dans ces cas le millepertuis, l’ashwagandha et la rhodiola.

Vous aimerez aussi :  Qu'est-ce que le brainspotting, la thérapie traumatologique de Charlize Theron

Aller et venir avec l’oreiller

Les problèmes de sommeil sont un gros casse-tête lorsque l’on commence à ressentir des altérations hormonales. Selon les données de l’Adsalutem Sleep Institute, son incidence augmente en fonction de l’anniversaire de la femme : alors qu’en périménopause, elles touchent en moyenne 24 % des femmes, en postménopause, le pourcentage s’élève à 60 %. Le Dr Paula Giménez, directrice de l’unité du sommeil de l’hôpital HLA Vistahermosa (Alicante), affirme qu’il s’agit d’un cercle vicieux. Il combine des facteurs tels que « la baisse de la progestérone, une hormone qui, dans des conditions normales, induit le sommeil ; la diminution de la synthèse naturelle de mélatonine et les réveils nocturnes provoqués par la baisse des œstrogènes, qui provoquent également un pire sommeil paradoxal.

En plus de la fameuse mélatonine, Marta Masi recommande le bisglycinate de magnésium. La variété de ce minéral la plus recommandée à la ménopause car réduit la fatigue, favorise le repos et aide à combattre le stress mental.

La supplémentation : l’aide efficace pour augmenter la libido

«Le déficit en testostérone, une autre hormone affectée par la ménopause, provoque un baisse du désir sexuel« dit le pharmacien. De plus, il existe d’autres aspects qui entraînent une baisse de la libido, comme l’anxiété ou le manque de confiance qu’une femme peut ressentir lorsqu’elle remarque des changements dans son corps. “Au-delà de imagination, communication avec votre partenaire et expérimentation“La seule chose qui peut aider à améliorer le désir, ce sont les compléments alimentaires naturels”, conseille Masi. Parmi eux, il cite : maca, damiana, ginseng, safransalvia ou tribulus terrestris.

Vous aimerez aussi :  Que sont les perturbateurs endocriniens et pourquoi sont-ils si mauvais pour la santé hormonale ?

La sécheresse vaginale est également étroitement liée aux problèmes lors des relations sexuelles. « Dans ce domaine, les oméga 7, issus de l’huile d’argousier, sont imbattables pour leur pouvoir hydratant. Ainsi que des lubrifiants sexuels et des hydratants vaginaux”, précise l’expert.

Les symptômes invisibles

Tous ces suppléments – qui doivent d’ailleurs toujours être pris sur prescription professionnelle – visent à améliorer les symptômes visibles de la ménopause. Peut-être les plus ennuyeux car ils interfèrent, presque immédiatement, avec la qualité de vie. « Mais ceux dont nous devons nous inquiéter sont ceux qui ne sont pas visibles. Ils Ce sont eux qui compromettent notre santé«prévient Marta Masi. Le terme pharmaceutique fait référence à la résistance à l’insuline, perte osseuse, risque cardiovasculaire et dysfonctionnements du plancher pelvien.

Bien que vous puissiez prendre en compte certaines supplémentations (comme les oméga 3 pour protéger la santé cardiovasculaire ou la vitamine D pour la santé des os), il est essentiel de mettre en œuvre “une approche à 360º pour la prévenir qui inclut la nutrition, l’exercice, les compléments alimentaires”. directives médicales…” C’est pourquoi Masi conseille que l’approche est également multidisciplinaire. « Il faut aller chez le gynécologue, bien sûr ; Mais ce serait aussi bien de consulter l’endocrinologue, le cardiologue, le nutritionniste, le psychologue, le physiothérapeute du plancher pelvien et, bien sûr, le pharmacien”, conclut-il.