Nutrition

La rêverie améliore la mémoire et les fonctions cérébrales

La rêverie améliore la mémoire et les fonctions cérébrales

Selon une étude publiée dans la revue Nature, les rêveries activent l'hippocampe, ce qui peut aider à consolider la mémoire.

La rêverie fait référence à certains événements au cours desquels le cerveau imagine quelque chose qui ne se produit pas à ce moment-là. Ce sont des épisodes qui surviennent spontanément tout au long de la journée et dont la fonction biologique n'est pas claire. La Clinique Universitaire de Navarre le définit comme un « état de conscience, plus ou moins déconnecté de la réalité, dans lequel le sujet se laisse emporter par une succession presque toujours incohérente de images et pensées dépendant de motivations émotionnellesplus que la pensée logique.

Ce fait est très courant chez la plupart des individus et Cela a des implications scientifiques intéressantes., selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature. Les auteurs de cette recherche ont découvert des schémas neuronaux spécifiques et activation de l'hippocampe lorsque ces rêveries se produisentce qui est bénéfique pour la mémoire.

Que se passe-t-il quand tu rêves

Cette recherche, dont les résultats ont été publiés en décembre 2023, a été menée sur un groupe de souris dans le but de vérifier l'activité neuronale pendant les périodes de rêve.

Pour le réaliser, ils ont montré aux souris deux images et, au milieu d'elles, un écran vide, de telle sorte que le activité cérébrale avec ce processus. Alors que l'écran était vide, le cerveau des souris a eu une réaction similaire à celle qu'ils ont eue en regardant les images. Cependant, les modèles d'activité neuronale contenaient des particularités telles que réactivations transitoires spécifiques au stimulusqui pourrait s'accompagner de vagues brusques dans l'hippocampe, en plus de l'utilisation de 7 000 neurones simultanément.

Vous aimerez aussi :  Cinq exercices cardio que vous pouvez faire à la maison pour perdre de la graisse en peu de temps

Les experts ont découvert que ces neurones se déclenchaient parfois selon des schémas similaires à ceux observés lorsque les souris regardaient des images réelles, ce qui suggère que la souris pensait (ou rêvait) à cette image, et que de telles perceptions pourraient prédire Comment le cerveau réagirait à la même situation à l’avenir.

Si la recherche avance et que ses conclusions peuvent être transposées aux humains, la rêverie pourrait aider à des processus tels que la consolidation de la mémoire, permettant la formation de mémoires à long terme et l’apprentissage associatif.

Cette recherche fournit des preuves préliminaires que La rêverie peut façonner la future réponse cérébrale à ce qu'il voit à ce moment-là. Bien sûr, il faut garder à l'esprit qu'il s'agit de résultats préliminaires qui doivent être confirmés dans des recherches futures, mais les résultats, selon les chercheurs, offrent un indice très intéressant qui La rêverie pourrait jouer un rôle clé dans la plasticité cérébrale: la capacité du cerveau à se remodeler en réponse à de nouvelles expériences.

Comment fonctionne la mémoire

La mémoire est une fonction cognitive essentielle qui sert à plusieurs fins. Permet de revivre les expériences passées et en tirer des leçons, pour stocker des connaissances sur le monde et comment les choses fonctionnent.

L’une des principales fonctions de la mémoire est de garantir que le comportement correspond à la situation actuelle et peut être adapté en fonction de l’expérience. Ceux-ci sont les phases de la mémoire dans le cerveau:

  1. Codage: C'est le processus par lequel les détails de l'expérience d'une personne deviennent une forme qui peut être stockée dans le cerveau. Les gens sont plus susceptibles d’encoder les détails de ce à quoi ils prêtent attention et les détails qui ont une signification personnelle.
  2. Rétention ou stockage : A cette étape, les informations sont conservées en mémoire après leur encodage initial. Ces mémoires stockées sont incomplètes car certaines informations codées au cours d’une expérience s’estompent pendant la rétention, parfois rapidement, tandis que d’autres détails demeurent. C’est ainsi que se forme la mémoire à long terme.
  3. Récupération: Une fois les souvenirs stockés dans le cerveau, il faut les récupérer pour qu’ils soient utiles. Que la personne soit ou non consciente qu'elle récupère des informations, Cette phase de la mémoire se développe constamment, et l’acte même de se souvenir change la façon dont les souvenirs sont ensuite archivés. La récupération comprend à la fois la mémoire qui est intentionnellement récupéréecomme lorsqu'on pense à une expérience antérieure ou qu'on essaie de nommer un visage, comme la mémoire la plus passivecomme lorsque le sens de mots familiers ou les notes d'une chanson viennent à l'esprit sans effort.
Vous aimerez aussi :  Pourquoi boire du jus de canneberge pour réduire l'inflammation