Beauté

Pourquoi se masturber : cela prolonge la vie et vous rend plus heureux

Pourquoi se masturber : cela prolonge la vie et vous rend plus heureux

Selon plusieurs études scientifiques, la masturbation déclenche la libération d’hormones et de produits chimiques qui contribuent à améliorer votre bien-être.

La masturbation féminine, ainsi que d'autres formes de recherche du plaisir sexuel par les femmes, a toujours été un problème. tabou. Mais heureusement, selon les experts de Buencoco, une plateforme de psychologie en ligne, « l'autostimulation en tant que choix conscient d'explorer le plaisir sexuel laisse derrière elle les stigmates culturels et de genre, qui encouragent la sexualité ». une plus grande ouverture dans la communication sur la sexualité féminine«. Ce changement de paradigme contribue non seulement à libération sexuelle des femmesmais leur permet également de profiter de tous ses bienfaits.

«La masturbation, bien qu'elle soit une pratique entourée de mythes, est naturelle et saine, puisque gratuit dopamineocytocine et endorphines, ce qui a un impact positif sur notre corps. De plus, il aide à se détendre, à évacuer le stress, provoque une sensation de bien-être en raison de la poussée d'hormones liée à l'orgasme. Donc avec tous les avantages, ça vaut le coup bannir les mythes et surmonter les tabous “qui ont grandement conditionné la vie sexuelle de nombreuses personnes”, affirment les experts de Buencoco.

Pourquoi la masturbation féminine a longtemps été taboue

Selon les experts de Buencoco, au fil des années, les femmes ont été conçues comme des une entité passive en matière de sexualité, avec peu de désir et associé uniquement à sa fonction reproductrice. Pendant des années, il était inconcevable que les femmes ils pourraient éprouver du plaisir par eux-mêmes, sans la présence d'un partenaire. Mais depuis le milieu du siècle dernier, les études sur la sexualité humaine ont jeté les bases d'une comprendre le plaisir fémininqui a reconnu les femmes comme un agent actif dans la détermination de leur propre sexualité et de leur expérience intime.

Vous aimerez aussi :  Les sandales fabriquées en Espagne dont vous avez besoin cet été

Au cours des premières années de leur vie, les filles explorent des sensations corporelles agréables grâce à la stimulation génitale, involontairement et souvent indirectement, en frottant leurs parties intimes contre des objets, des peluches, des oreillers ou simplement en les serrant fort entre leurs cuisses. À ce stade, les soignants peuvent se sentir mal à l'aise, alors ils procèdent à gronder les filles et ils interdisent explicitement toute forme de caresse génitale, ce qui véhicule l'idée que la masturbation féminine est nuisible ou inapproprié.

Cependant, les critiques et les réprimandes peuvent conduire à sentiments de culpabilité et de honte si intenses qu'ils provoquent une peur du plaisir sexuel. Et dans les phases ultérieures de leur développement, les adolescentes recevaient souvent une éducation qui mettait l'accent sur abstention de toute forme d’exploration sexuelleque ce soit en couple ou seul.

Tout cela génère une stigmatisation sur la masturbation qui a été peu à peu démantelé de nos jours. “Il est crucial de comprendre que la sexualité ne surgit pas soudainement, mais nous accompagne pas à pas à chaque étape de croissance. Il est essentiel d'établir un dialogue ouvert et serein sur la masturbation dès le plus jeune âge”, conseillent les experts de Buencoco. Ils recommandent donc introduire progressivement des sujets plus complexes au cours des différentes phases de développement, ce qui conduira à une meilleure compréhension de la grossesse, de la maternité, des maladies sexuellement transmissibles, des méthodes contraceptives et de la recherche du plaisir sexuel.

Les effets de la masturbation sur le cerveau

Selon une recherche publiée en 2018, la masturbation, ainsi que d'autres activités sexuelles menant au plaisir sexuel ou à l'orgasme, déclencher la libération d’hormones et de produits chimiques impliqué dans le centre de récompense du plaisir du cerveau tel que :

Vous aimerez aussi :  Pourquoi il ne faut pas s'étirer avant de faire de l'exercice
  1. Dopamine : Connue comme l’hormone du bonheur, la dopamine est un neurotransmetteur important qui transmet les signaux entre les cellules nerveuses et aide le cerveau à remplir ses fonctions essentielles. Il aide le cerveau à contrôler les fonctions motrices et les mouvements et éventuellement à remplir d'autres fonctions liées à l'humeur.
  2. Ocytocine : L'ocytocine n'intervient pas seulement dans le corps de la femme pendant l'accouchement et l'allaitement, mais elle est également l'une des hormones centrales de l'excitation sexuelle et des orgasmes. Également connue sous le nom d’hormone de l’amour, elle favorise les comportements sexuels, sociaux et maternels associés au bonheur et contribue à accroître le bien-être, les interactions sociales positives, la croissance et la guérison.
  3. Sérotonine : la sérotonine est un neurotransmetteur étroitement lié au contrôle des émotions et de l'humeur, bien qu'il ait également d'autres fonctions : contrôler la température corporelle, réguler l'appétit sexuel, contrôler l'activité motrice, la perception et la fonction cognitive, gouverner l'anxiété, la peur, l'angoisse et l'agressivité. .
  4. Endorphines : les endorphines sont des substances produites par notre cerveau qui génèrent un effet de plaisir et de bien-être, en plus de réduire la douleur. Ainsi, leur absence ou leur carence peut produire des états de dépression ou de déséquilibre émotionnel.
  5. Prolactine : C'est une hormone qui favorise les réponses physiologiques pour la reproduction, la gestion du stress et la régulation émotionnelle, bien que sa fonction la plus connue soit de stimuler la production de lait pendant la grossesse et de maintenir sa production pendant l'allaitement.
  6. Endocannabinoïdes : Ces neurotransmetteurs régulent la signalisation des cellules nerveuses dans le cerveau, contrôlant ainsi diverses fonctions corporelles telles que le sommeil, l'humeur, l'appétit, l'apprentissage, la mémoire, la température corporelle, la douleur, les fonctions immunitaires et la fertilité.
  7. Norépinéphrine/norépinéphrine : Cette substance peut agir à la fois comme neurotransmetteur (messager chimique utilisé par les cellules nerveuses) et comme hormone (substance chimique qui circule dans le sang et contrôle les actions d’autres cellules ou organes). Il agit comme un stimulant qui augmente et régule la transmission de dopamine, une substance liée aux niveaux de bonheur.
  8. Adrénaline: réduit le stress en aidant à réguler la fréquence cardiaque, le diamètre des vaisseaux sanguins et les voies respiratoires, et aide également à réguler différents aspects du métabolisme.
Vous aimerez aussi :  Comment apprendre à prendre des décisions

La libération de ces hormones implique différentes bienfaits dans le corps:

  • Réduction du stress et de l'anxiété.
  • Améliorer le sommeil.
  • Réduction de la douleur.
  • Améliorer la fonction immunitaire.
  • Améliorer l'humeur.
  • Améliorer la concentration.
  • Améliorer l’estime de soi.
  • Améliorer la fonction sexuelle.
  • Réduire la tension artérielle.