Nutrition

Voici comment identifier la fatigue mentale à la ménopause

Voici comment identifier la fatigue mentale à la ménopause

Fatigue, mauvaise mémoire, insomnie… La fatigue mentale à la ménopause est un symptôme courant, mais ignoré. Savoir le reconnaître est essentiel.

Parfois, c'est juste un sentiment. Je ne me souviens pas de ce que tu allais dire. Oublier un nom cet autre. Manquer des rendez-vous chez le médecin ou perdre constamment vos lunettes ou votre téléphone portable. À d’autres moments, vous remarquerez peut-être plus de difficultés à vous concentrer ou une sorte de brouillard qui ne permet pas de penser clairement. Les experts appellent cela de la fatigue mentale.

Selon une récente étude de Sigma Dos, elle touche plus de 22 % des Espagnols, et les femmes sont les plus susceptibles d'en souffrir. En fait, la fatigue mentale à la ménopause est l’un des symptômes les plus courants de cette étape, à laquelle on n’accorde généralement pas beaucoup d’importance. Des études neuroscientifiques estiment que jusqu'à 80 % des femmes de cet âge en souffrent, mais peu d'entre elles agissent en la matière.

Nous savons que le cerveau féminin commence à changer à mesure que se déclenche la baisse des œstrogènes. Ces hormones sexuelles contribuent non seulement au maintien de la vascularisation cérébrale ou agissent comme protecteur contre les maladies neurodégénératives. Mais ils interviennent aussi dans le fonctionnement de certaines capacités cognitives. Ainsi, lorsqu’ils diminuent, le corps a besoin de temps pour s’y habituer et retrouver son équilibre.

Qu’est-ce que la fatigue ou le brouillard cérébral ?

“Cela pourrait être décrit comme une fatigue extrême d'origine cognitive qui s'accompagne généralement de difficultés à réaliser certains processus mentaux”, définit le psychologue de la santé Buenaventura del Charco. Mais les conséquences ne s'arrêtent pas là.

Vous aimerez aussi :  Qu'est-ce que la récréation érotique pour améliorer votre plaisir personnel

Le spécialiste souligne que tout cela peut provoquer “de l'irritabilité, des sautes d'humeur, des altérations de l'appétit, un manque d'énergie, de la procrastination, de l'anxiété…” De plus, il est assez fréquent – et ce sont des indicateurs fiables – l'apparition de signes tels qu'un sentiment de désespoir, manque d'envie, tristesse…

Le problème est que lorsque la fatigue mentale, notamment à la ménopause, commence à se manifester, elle ne le fait pas de manière très brutale. “Au début, cela s'accompagne généralement de somnolence et d'apathie, ce qui devient normal”, déplore la psychologue Ana Sierra, collaboratrice de Petit BamBou.

De plus, Sierra insiste sur le fait que les conséquences de ce symptôme peuvent être invalidantes. «Mais ce que nous ne voyons pas, comme dans d'autres domaines de la santé mentale, nous avons tendance à l'ignorer ; même si cela a aussi des conséquences physiques”, dit-il.

Son collègue est d'accord avec elle. “C'est aussi invalidant que la fatigue physique, de la même manière que les muscles s'épuisent lorsqu'on les pousse à bout, le cerveau réagit ainsi au surmenage.”

Plus que de simples changements hormonaux

La relation entre les œstrogènes – et d’autres hormones sexuelles – et la santé cérébrale est plus que prouvée. Cependant, lorsqu’on parle de ce type de fatigue, il existe de nombreux d'autres facteurs qui le déclenchent.

Buenaventura del Charco souligne la charge mentale excessive. «On pourrait différencier deux types. Celui de plusieurs choses à la fois, comme avoir une liste interminable de tâches, plusieurs fronts ouverts… Et celui des efforts excessifs, liés au fait de travailler de nombreuses heures ou de ne pas se déconnecter”, catalogue-t-il.

Vous aimerez aussi :  Bienfaits de l'eau de chia : voici comment la boire

Le psychologue trouve un autre coupable : un excès de planification ou d’organisation. “Cela affecte le travail, les loisirs, la famille… il y a peu de place pour le spontané et cela finit par avoir des conséquences néfastes”, prévient-il. L'exigence de soi, la difficulté à concilier travail et vie personnelle et le fait de « vivre en pilote automatique » sont d'autres aspects qui augmentent ce sentiment.

Méditation et autres bonnes habitudes pendant la ménopause

Bien que la prévention soit le meilleur outil lorsque nous parlons de santé mentale, il existe certaines armes qui aident à gérer ou à réduire la cascade de symptômes qui déclenchent la fatigue mentale à la ménopause. Par exemple, le bonnes habitudes en matière d'alimentation, de sport et des techniques de sommeil ou de relaxation et de respiration.

La méditation est un autre grand allié. Il existe de nombreuses façons de profiter de ses bienfaits. De PetitBambou, l'application de méditation et de pleine conscience, ils expliquent que le scanner corporel Il peut agir comme un « massage interne qui détend les muscles, les tensions et l’esprit ».

Alors que la méditation hindoue traditionnelle peut être efficace pour protéger l’esprit des troubles extérieurs. « Bref, c'est un bon moyen de se rapprocher de ce que nous sommes, car nous avons tendance à être assez loin de ce que nous désirons et voulons», souligne Ana Sierra.

Par ailleurs, d’autres petits gestes sont importants. « Comment partager nos sentiments avec nos amis ou notre famille ; arrêtez-vous pour prendre un café ou trouvez simplement le temps de faire une promenade tranquille », conseille Buenaventura del Charco.

Vous aimerez aussi :  Le Japon pour débutants : 10 conseils pour visiter Tokyo

La fatigue mentale n'est pas éternelle

L'une des caractéristiques inhérentes à la fatigue mentale à la ménopause passe. Bien que les changements hormonaux puissent rendre les femmes plus sujettes à souffrir de certaines maladies neurodégénératives -Alzheimer, démence…-, cette sensation de brouillard n'est pas liée à son apparition, comme l'insiste l'International Menopause Society.

De plus, il est courant que, dans la plupart des cas, apparaît comme quelque chose de temporaire, qui finit par devenir normale quelques années après l'arrivée de la ménopause. Malgré tout, et même si les médecins précisent que le brouillard cérébral a une date de péremption, il est important de l'identifier pour gérer ses éventuelles conséquences et éviter qu'il n'affecte la qualité de vie.