Beauté

Voici comment la neuromodulation non invasive vous aide à mieux dormir

Voici comment la neuromodulation non invasive vous aide à mieux dormir

Cette technique de neuromodulation non invasive, qui stimule un nerf spécifique, génère un repos réparateur pour tous les processus du corps.

Vous vous allongez et commencez à vous retourner et à vous retourner dans le lit. Vous vous réveillez tôt le matin et n’arrivez pas à vous rendormir. Vous vous réveillez avec le réveil et tu te sens épuisé, sans énergie. Vous fantasmez sur ce que cela pourrait être de dormir à nouveau profondément et de vous réveiller complètement reposé. C’est ainsi que vit un pourcentage élevé de la population, avec différents degrés d’insomnie qui affectent leurs performances, leur qualité de vie et leur bonheur. Parmi les solutions possibles, on signale désormais la neuromodulation non invasive, une technique de plus en plus utilisée dans les centres de physiothérapie et qui peut aider à retrouver le plaisir de dormir et de se reposer.

Grâce à cette technique, le nerf vague est stimulé, un nerf qui joue un rôle crucial dans la régulation du système nerveux autonome, qui contrôle les fonctions involontaires telles que la digestion, la fréquence cardiaque et le cycle veille-sommeil. Sa stimulation, explique José María Redondophysiothérapeute et directeur de Grow Clinic « peut aider à équilibrer le système nerveux autonome de manière bidirectionnelle » :

  • Réduit l’activité du système nerveux sympathique, associée à la réponse « combat ou fuite »
  • Augmente l’activité du système nerveux parasympathique, associée à la relaxation et au repos

De plus, ce type de neuromodulation peut influencer la libération de neurotransmetteurs importants pour la régulation du sommeil, comme l’acétylcholine, la sérotonine et le GABA. Et, en favorisant la relaxation, la stimulation du nerf vague peut diminuer les niveaux de stress et d’anxiété, facteurs qui contribuent souvent à l’insomnie.

Vous aimerez aussi :  Comment manger plus lentement pour que les aliments aient meilleur goût

Il ne s’agit pas de dormir plus d’heures, précise l’expert, « mais d’améliorer la qualité du sommeil. Vous parvenez à atteindre la phase REM, ce qui vous aide à dormir avec la profondeur nécessaire et à vous reposer. Avec l’avantage supplémentaire qu’« en influençant les systèmes biologiques qui régulent le sommeil, il peut contribuer à améliorer sa qualité et à réduire les symptômes de l’insomnie ». sans les effets secondaires associée à de nombreux traitements pharmacologiques.

La neuromodulation peut aider de deux autres manières à lutter contre les troubles du sommeil :

  • Régulation des rythmes circadiens: Ces rythmes sont cruciaux pour le cycle veille-sommeil. Chez les personnes qui les ont désadaptés, cette technique peut aider à les réaligner.
  • Réduction de l’hyperactivité cérébrale: De nombreuses formes d’insomnie sont liées à une hyperactivité cérébrale la nuit. La neuromodulation peut réduire cette activité, facilitant ainsi un sommeil plus profond et plus réparateur.

Tout d’abord, le diagnostic

«Jusqu’à présent, les patients n’ont pas demandé cette technique pour traiter leurs problèmes de sommeil», explique José María Redondo. « Nous devons nous rappeler que un système nerveux altéré se défend altérant tous les muscles, provoquant des contractures, de la fatigue, de l’anxiété, des douleurs… Et ce que nous avons vu, c’est qu’en travaillant sur le sommeil, nous pouvons améliorer tous ces problèmes.

Tout d’abord, souligne-t-il, il s’agit de faire une bonne évaluation du patient. Leurs routines, leurs contrariétés, leurs habitudes. “Il faut identifier comment cette personne gère l’insomnie, que fais-tu quand tu n’arrives pas à dormir, comment il gère l’anxiété… Et, si l’on voit qu’il est un bon candidat pour la neuromodulation non invasive, une évaluation est également effectuée pour voir comment fonctionnent ses systèmes nerveux sympathique et parasympathique. A partir de là, on choisit le programme le plus adapté selon que le stress ou la dépression prédomine.

Vous aimerez aussi :  C'est la crème hydratante que tout le monde recherche

Comment ça se fait

Contrairement à d’autres techniques de neuromodulation dans lesquelles un dispositif est implanté chez le patient, il s’agit ici d’une procédure non invasive. « Avant, on utilisait une sorte de casque avec des « électrodes ». Il existe désormais deux bracelets de cheville et deux bracelets qui émettent de douces impulsions électriques qui stimulent le nerf vague. C’est un courant galvanique, de basse fréquence, et le patient ne sait rien. Non seulement c’est indolore, mais au final c’est aussi un moment de détente.

Quant à la fréquence, elle commence par une série de 10 séances. « En général, le patient commencera à améliorer à partir du troisième ou du quatrième, mais cela dépendra beaucoup de votre problème. Par exemple, en cas de fibromyalgie ou de douleurs chroniques, le processus est plus lent. “On joue aussi avec les besoins : il peut arriver que le sommeil s’améliore, mais il y a toujours des pics d’anxiété.”