Nutrition

Comment savoir si vous êtes victime d’intimidation en tant qu’adulte et comment vous défendre

Comment savoir si vous êtes victime d’intimidation en tant qu’adulte et comment vous défendre

Ils vous excluent de leurs conversations, se moquent de vous ou font des commentaires intimidants et vous manquent de respect. Ou encore, ils vous punissent par leur silence. Vous êtes victime de harcèlement et vous devez y mettre un terme.

Vos collègues de bureau chuchotent déjà dans votre dos. Parler (très) mal de toi. Et ils n’hésitent pas à vous regarder et à rire. Ce que vous trouvez très frustrant et décourageant. Vous vous sentez même menacé. Et le harcèlement n’est pas seulement une affaire d’enfants : Les adultes peuvent également être victimes d’intimidation verbale, physique ou émotionnelle.. En personne et en ligne. Et pas seulement au travail : aussi par leurs amis et même par leurs partenaires. Nous vous expliquons comment identifier les intimidateurs et leur tenir tête afin qu’ils vous laissent tranquille pour toujours.

Il y en a partout. Jusqu’à 31 % des Américains admettent avoir été victimes de harcèlement à l’âge adulte. Ce qui, entre autres conséquences, a généré du stress – dans jusqu’à 71 % des cas –, de l’anxiété ou de la dépression (70 %) et une perte d’estime de soi (55 %). Egalement des troubles du sommeil (39%), des maux de tête (26%) et des tensions et douleurs musculaires (22%), atteignant se sentir souvent malade.

C’est beaucoup plus subtil et maléfique

Le moment est donc venu de mettre fin à ces comportements aberrants. Comme l’explique la Dre Leah Katz, psychologue clinicienne, « on ne parle pas assez de l’intimidation chez les adultes, qui C’est généralement plus subtil, et donc plus insidieuxque celui qui survient pendant l’enfance, c’est pourquoi il est plus difficile à reconnaître et à traiter.

Vous aimerez aussi :  Le petit-déjeuner satisfaisant qui donne de l'énergie et vous aide à ne pas grignoter entre les repas

Peut être passif ou (très) agressif

Il ne s’agit pas de vous emporter votre collation à la récréation. Les adultes sont victimes de harcèlement lorsqu’ils sont intentionnellement exclus des conversations ou des événements ; recevoir des commentaires menaçants ou intimidants ; ils sont victimes d’un manque de respect, voire d’intimidations physiques ; et ils sont la cible d’éloges ou de plaisanteries ambiguës. Encore et encore dans le but de leur faire honte. Mais les intimidateurs peuvent également adopter un comportement plus passif-agressif et te punir avec un silence perpétuel chaque fois que tu regardes par la porte.

Ils cherchent à vous isoler des autres

L’intimidateur, souligne le Dr Katz, « cherche saboter le bien-être, le bonheur ou le succès de votre victime et l’isoler socialement ou professionnellement. Et pour ce faire, il peut lancer des railleries hostiles, embarrassantes ou menaçantes et propager des rumeurs négatives dont il refusera de parler lorsque la victime lui demandera des comptes.

Ils vous écrasent sur vos réseaux sociaux

Mais vous n’avez même pas besoin d’être présent. Comme beaucoup d’enfants, vous pouvez aussi être victime de cyberintimidation. Votre boîte email et vos réseaux sociaux seront remplis Messages blessants, contenus embarrassants et rumeurs négatives. Et étant donné l’anonymat qu’offre Internet, vous ne pourrez pas identifier votre intimidateur ni le tenir pour responsable. Ce qui sera encore plus frustrant.

Ils ont une bande de “palmeros”

Cela n’a pas d’importance. Il est temps de arrêter à la fois l’intimidateur qui orchestre le harcèlement et ses acolytes. Les, selon les mots de l’expert, “les harceleurs secondaires, qui sont les spectateurs qui voient ce qui se passe et participent plus ou moins ou sont complices en ne disant ou en ne faisant rien”.

Vous aimerez aussi :  Leçons apprises lors du DKV WeLife Tour

Ne le laisse pas dépasser tes limites

Le harcèlement infantile est sur toutes les lèvres, c’est pourquoi, comme il ne pourrait en être autrement, un politique de tolérance zéro pour les harceleurs. Pas tellement dans le cas des adultes. Mais il existe un certain nombre de mesures très simples pour identifier les auteurs et mettre un terme à leur comportement. La première, dit le Dr Katz, consiste à « établir des limites strictes ». Et si l’agresseur les contrarie, il est temps de le faire savoir aux autres. Que ce soit aux ressources humaines ou au reste de vos amis. Il est également utile de « tenir un registre des épisodes d’abus auxquels vous avez été soumis ».

Ignorer l’intimidateur : mettre de la distance

Avez-vous un ami qui vous intimide ? Son amitié ne vaut pas la peine pour vous. Alors mettez de la distance. Éloignez-vous de votre harceleur. Le confronter directement peut provoquer un grand stress., il est donc préférable d’éviter toute interaction. Au travail également : parlez-en à votre patron et demandez-lui de vous déplacer afin que vous n’ayez pas à subir autant d’insultes et d’humiliations.

Ne le prends pas personnellement

Très important : ne le prenez pas personnellement. Les mots font mal, mais Le problème ne vient pas de vous, mais de votre harceleur.. Comme le souligne le Dr Katz : « De nombreuses personnes qui se comportent comme des intimidateurs ont une histoire difficile. Et même si cela ne constitue en aucun cas une excuse pour son attitude, cela minimise le facteur d’intimidation. Bref, essayez de comprendre pourquoi il se partage comme un connard et ne laissez pas votre estime de soi en être affectée. Comme le conclut l’expert, “il n’y a aucune raison d’avoir honte d’être victime d’un harceleur”.

Vous aimerez aussi :  Comment entraîner le cerveau à ne pas avoir de faim émotionnelle