Autres

Gynécologie : pourquoi cette discipline est une alliée de taille pour la santé intime des femmes à la ménopause

Gynécologie : pourquoi cette discipline est une alliée de taille pour la santé intime des femmes à la ménopause

Il n’est pas facile pour toutes les femmes de parler de santé intime. Education, culture, manque d'information ou de modestie, la vérité est que problèmes liés aux organes génitaux féminins Ils ont passé des années en dehors de tout discours public. Un bon exemple est qu’il y a dix ans, parler d’esthétique génitale était totalement anecdotique.

Cependant, comme le reconnaît le Dr Zuramis Estrada, « les femmes accordent de plus en plus d'importance à la beauté et à la santé de ce domaine. Ils accordent de l’importance à leur image génitale d’eux-mêmes. Un changement de perspective où la gynécologie a beaucoup à dire, notamment à la ménopause.

Lorsque les niveaux d’hormones sexuelles féminines commencent à baisser, divers symptômes liés à la zone intime se déclenchent, notamment la vulve, le vagin et le plancher pelvien.

D’une part, il y a des problèmes esthétiques. « Comme l'affaissement de la zone vulvaire, dû à la perte de collagène et d'élastine ; ainsi qu'une hypertrophie des lèvres”, explique le Dr Estrada, directeur médical du CIMEG Madrid. Selon lui, ces plaintes dépassent parfois l'image, puisqu'elles peuvent provoquer une gêne ou un manque de confort avec les sous-vêtements, lors des rapports sexuels ou même lors de la pratique d'un sport.

Qu'est-ce que le syndrome génito-urinaire de la ménopause ?

D’un autre côté, il existe des problèmes d’ordre fonctionnel. De la ménopause Jusqu'à 46 % des femmes ressentent de la douleur ou de l'inconfort lors des relations sexuelles, “presque toujours due à la sécheresse de la zone génitale suite à la perte d'oestrogènes, d'androgènes, de progestatifs…”, précise le gynécologue. Il s’agit de ce que l’on appelle communément l’atrophie vaginale – ou vaginite atrophique – aujourd’hui syndrome génito-urinaire.

Vous aimerez aussi :  15 looks emblématiques des Oscars

L’un des symptômes les plus fréquents de cette étape et cependant l’un des moins abordés. Du moins jusqu'à maintenant. En effet, selon une étude d'Inmode, une femme sur quatre à la ménopause indique que cette condition a eu un impact négatif sur des domaines de votre vie tels que le sommeil, la santé sexuelle et le bonheur en général

Comme l’a souligné le Dr Estrada, il s’agit d’une condition dans laquelle la muqueuse du vagin devient plus sèche et plus fine. Ce qui se traduit par démangeaisons, brûlures et douleurs vaginales (souvent pendant les rapports sexuels) et d'autres signes.

Elle est également étroitement liée à l’envie fréquente d’uriner et à la récidive des infections urinaires, c’est pourquoi le terme pour la décrire a été remplacé par ce terme plus large. Malgré sa récurrence, le le syndrome génito-urinaire est entouré de mythescomme penser qu’il n’y a pas de solutions ou que c’est un effet secondaire normal.

Le tabou de l'âge

«En outre, de nombreux patients se sentent inhibés car ils pensent qu'à leur âge – généralement supérieur à 45 ans – ils ne peuvent pas ressentir le besoin de améliorer l'image ou le confort de cette zone«dit le Dr Estrada, qui est pionnier dans la réalisation de thérapies gynécologiques depuis plus d'une décennie.

Cela arrive aussi avec des problèmes de nature fonctionnelle, davantage liés au sexe, “malgré leur prévalence, ils viennent à nos consultations à des stades avancés de ce dysfonctionnement, car même au sein de leur groupe d'amis ou de leur famille, ils n'en parlent pas”, déplore le expert. .

Vous aimerez aussi :  La nouvelle coupe de cheveux d'Amaia Salamanca pour le printemps

Un autre problème difficile à aborder en consultation est la perte d’urine. Le gynécologue qualifie l'incontinence urinaire d'”épidémie silencieuse, puisqu'un Espagnol sur quatre en souffre et qu'au stade postménopausique, elle atteint 50 %”. Cependant, comme elle l'a elle-même vécu, « parfois, les patients pensent que c'est logique pour avoir eu une ou deux naissances. Ou à quoi ressemble la ménopause.

L’heure de la gynécologie

À l'importance de briser les tabous s'ajoute, comme le souligne Zuramis Estrada, l'importance de diffuser que tous Ces pathologies ont un traitement.

La plupart des solutions gynécologiques sont peu invasives et donnent des résultats efficaces. Le médecin souligne que l'incontinence “peut être traitée avec des thérapies énergétiques vaginales et sous-urétrales, comme la plateforme de radiofréquence fractionnée”. InMode Empower RF (avec des terminaux spécifiques tels que Morpheus 8 et V) avec électrostimulation intravaginale, avec V Tone, une pièce à main qui produit une rééducation neuromusculaire.

Dans les cas plus aigus, il existe des options plus invasives telles que l'infiltration d'un agent de comblement dans la muqueuse de la zone ou la chirurgie avec des filets, bien qu'il s'agisse d'interventions de moins en moins fréquentes.

En ce qui concerne les problèmes liés à l’atrophie urogénitale, il existe également un large éventail de réponses. «Pour commencer, hydratez quotidiennement la zone vulvo-vaginale.; avec des crèmes hydratantes spécifiques au collagène, à l'aloe vera, à l'acide hyaluronique, à l'huile d'argousier… », énumère l'expert.

Si le problème est déjà posé, le spécialiste évoque les comprimés oraux « de modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes », ainsi que les suppositoires pour application vaginale. “En clinique, elle peut être traitée avec des thérapies énergétiques locales comme la radiofréquence de la plateforme Empower RF, d'InMode ou le laser”, précise-t-il.

Vous aimerez aussi :  Comment améliorer votre relation avec votre mère quand cela semble impossible à résoudre

D'autres alternatives en consultation seraient, selon l'expert, la infiltrations d'acide hyaluronique ou du plasma enrichi en plaquettes, ainsi que l'application d'exosomes d'églantier (petites vésicules libérées par les cellules souches), “que j'associe à la radiofréquence pour obtenir de magnifiques résultats”.

À des fins esthétiques

Enfin, le Dr Estrada rappelle que ces traitements esthétiques gynécologiques ont également une application purement esthétique. Elle a des protocoles conçus comme Aviva, qui améliorent la perte et l'hypertrophie des lèvres avec des énergies comme la radiofréquence. Ou rempli d'acide hyaluronique ou de la propre graisse du patient dans le même but. L'objectif est harmoniser l'apparence de la zone en fonction des attentes de la femme.

En conclusion, Zuramis insiste sur le fait que l'idéal « est le la prévention«. Avec physiothérapie, exercices physiques et contrôles périodiques qui incluent également la zone du plancher pelvien.

Le Dr Estrada célèbre que « beaucoup de femmes s'inquiètent déjà de ne pas ressentir d'inconfort avec leurs organes génitaux et beaucoup moins de douleur lors des relations sexuelles. “De plus, et c'est très important, les gynécologues, les sages-femmes et les physiothérapeutes du plancher pelvien deviennent chaque jour plus proactifs en demandant aux patients s'ils présentent des symptômes ou des changements afin de les aider.”