Autres

Pourquoi il faut arrêter d'avoir peur de faire des erreurs, explique Deepak Chopra

Pourquoi il faut arrêter d'avoir peur de faire des erreurs, explique Deepak Chopra

Vous ne pouvez pas connaître l’avenir ni avoir le contrôle sur l’avenir, mais vous devez contrôler l’incertitude pour éviter que la peur de ce qui pourrait arriver ne conditionne votre vie.

Et si je tombe amoureux et que ça tourne mal ? Que faire si je ne suis pas en mesure d'effectuer ces travaux ? Et si je n'arrive pas à me faire des amis ? Et si je dois fermer mon entreprise ? La vie est pleine de pensées « et si ». Ce sont des pensées qui surgissent dans votre tête et sont liées à des scénarios hypothétiques.

Des situations quotidiennes aux profondes inquiétudes concernant l’avenir, ces « et si » s’insinuent trop souvent dans la vie. En principe, ces pensées peuvent être normales et naturelles, puisque le cerveau humain a tendance à envisager différentes possibilités et à se préparer à diverses situations. Cependant, quand devenir excessif, intrusif ou provoquer une anxiété importante, Ils peuvent interférer avec votre bien-être émotionnel et votre capacité à vous concentrer sur le présent.

Le célèbre gourou du bien-être Deepak Chopra a réfléchi sur ce sujet, en soulignant que derrière tant de « et si… », il peut y avoir la peur de ne pas avoir le contrôle sur ce qui va arriver. « Il est logique de prendre des précautions et avoir des plans pour atténuer les revers potentiels pour notre santé et nos finances, mais cela ne suffit pas à enrayer cette peur de l'avenir. La peur de l’avenir, c’est le moi qui se sent vulnérable parce qu’il ne sait pas ce qui va se passer et ne peut pas le contrôler.

Les avantages du « et si… »

Les pensées de ce type font inévitablement partie de la vie. “Ils sont si fréquents dans l'esprit humain, explique le psychologue Esther Cantos, « en raison de la nature même de notre cognition et de notre traitement mental. La capacité d'envisager différentes possibilités et scénarios est une caractéristique fondamentale de la pensée humaine et nous a permis s'adapter et survivre dans des environnements changeants tout au long de l’évolution.

Vous aimerez aussi :  C’est le moyen le plus simple de retrouver la libido lorsqu’elle semble perdue à jamais.

Ainsi, « et si… » peut être utile dans de nombreux scénarios :

  • Planification et préparation : Ils peuvent vous aider à anticiper d’éventuels défis ou problèmes futurs et à vous préparer à y faire face plus efficacement. Est une fonction adaptative ce qui vous permet de planifier et de prendre des mesures préventives pour éviter ou atténuer les risques possibles.
  • Évaluation des risques et des conséquences : Considérer différents scénarios hypothétiques vous aide également à évaluer les risques et les conséquences possibles de vos actions avant de prendre des décisions importantes. Cela peut vous aider à prendre des décisions plus éclairées et à minimiser les risques potentiels.
  • Résolution des problèmes: De même, ces types de réflexions peuvent être utiles pour explorer des solutions à des problèmes spécifiques et trouver des moyens créatifs de les résoudre.
  • Préparation émotionnelle : et anticiper d'éventuels événements stressants ou difficiles vous prépare émotionnellement à développer des stratégies d'adaptation qui vous aident à mieux gérer ces situations lorsqu'elles surviennent.

Et ses inconvénients

Le problème surgit lorsque le « et si » se concentre sur des résultats potentiellement terribles qui sont non seulement peu probables, mais sur lesquels vous n'avez aucun contrôle. « Dans ces cas-là, le problème est que tu peux entrer dans le catastrophisme et se retrouver paralysé, incapable d’agir par peur de ce qui pourrait arriver.

  • Génération d’anxiété : En vous concentrant sur des scénarios hypothétiques impliquant des événements négatifs ou inquiétants, ces pensées déclenchent une anxiété d’anticipation et vous font stresser face à des situations qui ne se sont pas encore produites.
  • Rumination constante : Lorsqu'elles sont répétées encore et encore dans l'esprit, elles peuvent devenir une forme de rumination, où vous êtes laissé àpiégé dans un cycle d’inquiétude et de négativité. Cela peut rendre difficile la concentration, le sommeil et le fonctionnement quotidien.
  • Interférence dans la prise de décision : S’ils deviennent accablants, ils peuvent interférer avec votre capacité à prendre des décisions claires et efficaces. Une inquiétude excessive quant à d’éventuels résultats négatifs peut conduire à l’indécision ou à l’évitement de prendre des décisions importantes.
  • Impact sur le bien-être émotionnel : De plus, ils peuvent avoir un impact sur le bien-être émotionnel et la qualité de vie : ils peuvent contribuer à la dépression, à l’anxiété et à d’autres problèmes de santé mentale s’ils ne sont pas gérés correctement.
  • Distorsion de la réalité : Parfois, les pensées « et si » peuvent déformer la perception de la réalité, amenant les gens à surestimer la probabilité d’événements négatifs ou catastrophiques. Cela peut mener à une vision pessimiste de la vie et une sensation générale d'inconfort.
Vous aimerez aussi :  Pourquoi vous devez rester calme lorsque vous êtes en colère : voici l'effet de la colère sur votre corps

Acceptez le futur

“L'avenir est en soi inconnaissable”, note Deepak Chopra. “Le vivre dans cette perspective sera toujours terrifiant.” Il souligne donc l’importance de j'attends avec courageà partir d’un état de conscience : « Si nous vivons à partir de cette conscience, l’incertitude et l’imprévisibilité de la vie ne sont ni une menace ni une source de peur. »

Ainsi, cette incertitude sert, poursuit Chopra, à « reconnaître la créativité et la nouveauté dans la vie. Pour développer ce moi intrépide et ne pas laisser la peur du futur vous paralyser, la méditation peut être utile».

En plus de la méditation, d’autres conseils pour lutter contre la présence excessive de ces pensées sont :

  • Pratiquez la pleine conscience (pleine conscience) : La pleine conscience peut vous aider à reconnaître les pensées intrusives sans plus les juger rester présent dans le moment présent. Essayez des techniques de respiration consciente, de méditation ou des exercices de pleine conscience pour calmer votre esprit et réduire votre anxiété.
  • Remettez en question vos pensées : Lorsque vous vous retrouvez coincé dans des pensées « et si », demandez-vous s'ils ont vraiment un fondement dans la réalité ou s'ils sont simplement le produit de l'anxiété ou de la peur. Remettre en question la validité de vos pensées peut vous aider à les remettre en question et à diminuer leur pouvoir sur vous.
  • Acceptation de la pratique : Acceptez que les pensées intrusives font partie de l’expérience humaine et que vous n’êtes pas obligé de les laisser vous contrôler. Au lieu d'essayer de les supprimer ou de les éviter, leur permettre d'être présents puis dirigez votre attention vers des activités qui vous apportent du plaisir ou de la distraction.
  • Fixez des délais : Prévoyez un moment précis chaque jour pour vous inquiéter et réfléchir à vos inquiétudes. Pendant ce temps, laissez laissez vos pensées circuler librement sans les jugermais une fois le temps écoulé, engagez-vous à abandonner vos soucis et à vous concentrer sur autre chose.
  • Entraînez-vous à résoudre des problèmes : Si ces pensées sont liées à des préoccupations spécifiques, comme des problèmes professionnels ou personnels, prenez le temps de développer des plans d'action concrets pour résoudre ces problèmes. Se sentir plus autonome et préparé peut vous aider à réduire l’anxiété associée à ces pensées.
  • Trouver de l'aide : N'hésitez pas à demander de l'aide si vous avez du mal à gérer vous-même vos pensées intrusives. Parlez à un thérapeute, à un conseiller ou à un ami de confiance de ce que vous vivez et demandez conseil et soutien.
Vous aimerez aussi :  Bien dormir pendant la ménopause : les clés d'un sommeil parfait