Autres

Quelle quantité d'oméga 3 dois-je prendre ? 12 signes qui indiquent son absence

Quelle quantité d'oméga 3 dois-je prendre ?  12 signes qui indiquent son absence

Si nous parlons de graisses saines, celle-ci remporte sans aucun doute le gâteau. Il est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme et pourtant, nous ne le produisons pas. Savez-vous comment l'obtenir ?

L'oméga 3 est l'un des acides gras essentiels, ce qui signifie que le corps ne peut pas le produire, nous devons donc les consommer via des aliments ou des suppléments. Ils font partie des membranes cellulaires, alors imaginez à quel point ils sont importants et à quel point ils influencent différents processus vitaux.

Bien qu'on parle beaucoup de ce nutriment, la vérité est qu'il y a beaucoup de confusion sur la façon de le prendre, comment l'obtenir et quelle quantité nous avons besoin. C'est pourquoi nous avons décidé de vous révéler tous les secrets à ce sujet. acide gras polyinsaturé, que oui ou oui vous devez inclure dans votre alimentation.

INSCRIVEZ-VOUS à notre newsletter et recevez toutes nos actualités pour vos soins et votre bien-être.

Pourquoi avons-nous besoin de cette graisse ?

  • Grâce à cet acide gras nous fabriquons des hormones.
  • Il aide notre corps à générer des substances anti-inflammatoires.
  • Il fait partie des membranes cellulaires.
  • Il est vital dans le formation de la rétine et d'autres processus visuels.
  • Cela fait partie des neurones et des transmissions chimiques qui se produisent dans le cerveau.

L'équilibre entre les oméga 3 et les oméga 6

Comme nous l’avons dit, les oméga 3 sont un acide gras polyinsaturé, car ils possèdent une double liaison dans leur molécule. Il est considéré comme essentiel, comme les oméga 6, car nous ne sommes pas capables de le synthétiser. Ce que tu ne sais probablement pas, c'est que Nous avons besoin d’un équilibre entre ces deux éléments pour rester en bonne santé. Le problème de notre société est que Nous consommons plus d'oméga 6, par rapport à un apport insuffisant de 3, entraînant de graves conséquences sur la santé.

Vous aimerez aussi :  Douleurs articulaires à la ménopause : pourquoi elles sont si fréquentes (et comment les soulager)

Saviez-vous qu’un excès d’oméga 6 oxyde les globules rouges ? Lorsque cela se produit, la distribution de l’oxygène dans les différentes parties du corps est difficile, ce qui peut entraîner un mauvais fonctionnement des organes.

D’un autre côté, un environnement pro-inflammatoire est généré qui accélère le vieillissement et augmente les lésions cérébrales. Pour mieux le comprendre, nous vous recommandons le livre « Bonnes graisses : Prenez soin de votre santé avec une nutrition évolutive », de Marc Vergés, où il précise que le déséquilibre entre ces deux graisses peut conduire à une inflammation chronique.

Aujourd'hui, nous consommons un ratio entre oméga 6 et oméga 3 de 20:1 ou 25:1, alors que l'optimal se situerait entre 4:1 et l'idéal 1:1. Cela signifie que nous devons tous augmenter la consommation d'oméga 3 et réduire au maximum les oméga 6.

Types d'oméga 3

ALA ou acide alpha-linolénique

C'est un oméga 3 à chaîne courte et il est particulièrement utile pour le Système cardiovasculaire. Il modifie notre profil de cholestérol sanguin et est capable de réduire le risque de maladies du système circulatoire.

On le retrouve dans les produits d'origine végétale, comme les graines et les noix, notamment le chia, le lin et les noix. Nous devons être prudents si nous le consommons sous forme d'huile, car Ils s'oxydent très rapidement. Essayez de les protéger de la lumière et de ne pas les conserver trop longtemps.

DHA ou acide docosahexaénoïque

Ce sous-type d'oméga 3 est particulièrement bon pour notre cerveau, cœur et yeux. C’est l’un des principaux composés de la myéline, qui entoure les neurones et permet aux impulsions électriques que nous générons de se propager plus rapidement. Lorsqu’il y a un déficit, le cerveau ne peut pas fonctionner correctement.

Vous aimerez aussi :  Pensez comme un marin : la technique infaillible pour retrouver la mémoire et se souvenir de tout

Ce type est le plus adapté pour combattre une mauvaise mémoire, améliorer les capacités cognitives ou prévenir la démence. Il a également été associé à un bénéfice chez les enfants atteints de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Selon le Dr De la Rosa, des études montrent que la supplémentation en DHA nous rend moins agressifs en période de stress.

EPA ou acide eicosapentaénoïque

Ce sont les oméga 3 qui sont liés à la vision et le système cardiovasculaire. Si vous souhaitez réduire l'inflammation, n'hésitez pas, c'est la bonne solution et elle permet également de maintenir les vaisseaux sanguins du cerveau en bon état. Puisque c’est de là que vient le vieillissement, inclure des doses d’EPA dans l’alimentation nous aide à vivre plus longtemps et mieux.

Le DHA et l’EPA se trouvent tous deux dans poisson bleu, algues, œufs et viande. À ce stade, les experts recommandent de prêter attention à la manière et au lieu où cet aliment a été produit, car sa qualité en dépend.

Signes de carence en oméga 3

  • Difficulté à prêter attention.
  • Tendance à la dépression.
  • Inflammation cérébrale accrue.
  • Instabilité d'humeur.
  • Perte de capacité cognitive.
  • Problèmes de mémoire.
  • Mauvaise cicatrisation.
  • Augmentation du risque de maladies cardiovasculaires.
  • Hypertension.
  • Arythmies.
  • Angine de poitrine.
  • Problème de peau et de vision.

Doses recommandées d'Oméga 3

Selon l’Autorité européenne de santé alimentaire (EFSA), les doses approximatives recommandées sont :

  • 150 milligrammes par jour pour les enfants de 2 à 4 ans.
  • 200 milligrammes par jour pour les 6 à 18 ans.
  • 250 milligrammes par jour pour les adultes.
Vous aimerez aussi :  Pourquoi les exercices de prise lente vous rendent accro