Autres

C’est ainsi que le cerveau change pendant la ménopause en raison de la baisse des œstrogènes

C’est ainsi que le cerveau change pendant la ménopause en raison de la baisse des œstrogènes

Saviez-vous que les bouffées de chaleur proviennent de l’hypothalamus ? L'insomnie est étroitement liée au tronc cérébral. Et les changements d’humeur soudains sont liés à l’amygdale. En fait, la célèbre neuroscientifique Lisa Mosconi, qui étudie le cerveau des femmes depuis plus de 20 ans, affirme catégoriquement que bon nombre de les symptômes de la ménopause “ne commencent pas dans les ovaires, mais dans le cerveau”«.

C'est l'une des déclarations intéressantes que l'expert a faites lors d'une conférence TED qu'elle a donnée en 2019 et qui, actuellement, reste une référence pour aborder la façon dont le cerveau change pendant la ménopause. Car, comme beaucoup d’autres parties du corps, de la peau au ventre en passant par le cœur, elles sont touchées par la révolution hormonale que vivent les femmes à ce stade.

Pourquoi les hommes et les femmes vieillissent différemment

Il est communément admis que le le cerveau masculin et féminin est différent. Rien n'est plus éloigné de la réalité. “Il existe quelques différences, mais elles ne sont pas significatives”, explique Raquel Marín, neuroscientifique et professeur de physiologie à l'Université de La Laguna. Le communicateur dit que, par exemple, chez eux, le poids est généralement inférieur. “Mais parce que c'est proportionnel au reste du corps : cela représente plus ou moins 2% du total et, la réalité est que les hommes sont généralement plus gros”, explique-t-il. Il a également été constaté que la zone amygdale – la zone de gestion des émotions – est un peu plus grande chez les femmes.

Vous aimerez aussi :  Pensez comme un marin : la technique infaillible pour retrouver la mémoire et se souvenir de tout

Bien que il n'y a pas de cerveau de genre, les données suggèrent que des pathologies telles que l'anxiété, la dépression ou les migraines touchent davantage la population féminine. Sans parler de la maladie d'Alzheimer. Comme le souligne Mosconi, qui dirige le programme de prévention de cette maladie au Weill Cornell Medical Center (New York), “sur les six millions d'Américains qui en souffrent, les deux tiers sont des femmes”. Alors, où est la clé ? «Le cerveau d'un homme et d'une femme ils vieillissent différemment, et la ménopause a la réponse”, souligne la chercheuse. Plus précisément, cette réponse est fournie par les hormones sexuelles, notamment les œstrogènes.

Alors que chez les hommes, la testostérone ne s’épuise que pratiquement jusqu’à la fin de leur vie, chez les femmes, les niveaux d’œstrogènes commencent à diminuer pendant la périménopause. « On peut même regarder un peu plus loin », ajoute Raquel Marín. «Pour que les hormones sexuelles remplissent leurs fonctions dans le cerveau, il faut une série de protéines qui agissent comme le verrou de la clé. Quand nous atteignons 40 ans, ils ont déjà commencé à se détériorer et, par conséquent, l'activité des œstrogènes commence à décliner”, détaille-t-il.

Les œstrogènes et leur rôle majeur dans le cerveau

Il est assez courant que nous associions les hormones sexuelles – notamment les œstrogènes – à des aspects tels que les cheveux, la voix, les courbes, la fertilité… Mais leur relation avec le système cérébral est très étroite. À tel point que la santé des ovaires et celle du cerveau sont liées. Pour commencer, comme le souligne Lisa Mosconi dans sa présentation, « les œstrogènes sont essentiels à la production d'énergie dans le cerveau ». Lorsque son niveau diminue, cette énergie diminue jusqu'à 30 %… Le maintien de la vascularisation cérébrale dépend aussi de ces hormones. “Nous avons environ 600 kilomètres de vaisseaux sanguins dans le cerveau et ils maintiennent une circulation active”, explique Marín.

Vous aimerez aussi :  C'est la CC Cream bon marché dont tout le monde me parle

D'autres fonctions dont l'expert se souvient sont : elles régulent les muscles des vaisseaux sanguins ; Ils ont un rôle neuroprotecteur et aident à préserver la graisse cérébrale (le cerveau est notre organe le plus gras). En bref, le cerveau pendant la ménopause perd toutes ces actions bénéfiques des œstrogènes. Le résultat? Leur santé est bien plus fragile que celle d’une femme aux niveaux hormonaux optimaux et, bien sûr, que celle d’un homme.

Conséquences de la ménopause sur le cerveau

Cette affirmation doit être comprise dans un double sens. D’une part, le fait que les œstrogènes cessent de remplir leurs fonctions dans certaines parties du cerveau favorise l’apparition de symptômes secondaires. Ce sont d’ailleurs de vieilles connaissances lorsqu’on parle de ménopause. “Bouffées de chaleur, brouillard mental, certaines pertes de mémoire, réticences, anxiété… Ce sont des aspects dont souffrent 80 % des femmes à l'approche de ce stade”, explique Raquel Marín.

En revanche, des études scientifiques prouvent la relation entre ces changements hormonaux et prédisposition à certaines maladies neurodégénératives. C'est là qu'interviennent la maladie d'Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

Cependant, tous les experts insistent sur l’importance de clarifier ce qu’est un risque. “Connaître cela nous permet d'avancer dans la prévention et le traitement, ce qui est essentiel si l'on considère que la recherche sur des modèles expérimentaux féminins reste à 30% du total”, explique la neuroscientifique espagnole. En outre, comme le plaisante Mosconi, “cela aidera également la femme qui éprouve ces symptômes à ne pas penser – ni elle ni les autres – qu'elle est folle et qu'elle est encouragée à le consulter”.

Vous aimerez aussi :  Si vous vous mordez la lèvre dans les moments de tension, c'est l'astuce infaillible des experts pour arrêter de le faire

Comment maintenir une bonne santé cérébrale

Vous pensez peut-être à lire ; faire des exercices de mémoire ; passe-temps… Cependant, les preuves montrent clairement que le mode de vie est le principal facteur préventif. Raquel Marín, auteure, entre autres titres, de Donne vie à ton cerveau, propose quelques lignes directrices simples :

  • Prendre conscience des changements de cette transition.
  • Marchez beaucoup, à un bon rythme et, si possible, dans un environnement naturel. Notre cerveau vient d’un nomade qui a parcouru de très longues distances dans la nature et l’imiter est positif.
  • Introduisez quelques changements dans votre alimentation : mangez plus de graisses fonctionnelles (poisson bleu, avocat, œufs, graines, noix…), de glucides à absorption lente (yaourt, brocoli, légumineuses…) et de fibres.
  • Favoriser une bonne hygiène du sommeil.
  • Écoutez le corps et soyez attentif à ses signaux.
  • Essayez d'éviter les situations stressantes.

Tout cela ne pourra pas arrêter la perte inévitable d’œstrogènes. Ils ne cessent pas non plus, petit à petit, de remplir leurs fonctions, mais il sera essentiel que le cerveau, même à la ménopause, soit dans la meilleure forme possible.