Nutrition

Lubrifiants à la ménopause : comment choisir le plus adapté

Lubrifiants à la ménopause : comment choisir le plus adapté

L’une des raisons qui a poussé Halle Berry à lancer son projet ré.spin était la sécheresse vaginale. L'actrice, qui avait alors 54 ans, a décidé de lancer cette plateforme de santé et de bien-être pour les femmes en périménopause et ménopause après avoir découvert qu'elle n'avait pas d'herpès, comme le lui avait dit son médecin, mais un symptôme de vos changements hormonaux. C'est ainsi qu'il a présenté l'idée à l'époque. “Alors j'ai pensé : 'Je dois utiliser tout ce que j'ai et qui je suis pour apporter un changement et une différence dans la vie des autres femmes.'” Le cas de Berry, même si son médecin ne l'a pas diagnostiqué, est très courant. En effet, selon les estimations du Cumlaude Lab, expert en soins intimes, une femme sur trois souffrira de cette pathologie tout au long de sa vie. Et la ménopause est un scénario parfait pour cela.

Même si on en parle peu, les inconforts provoqués par la sécheresse peuvent affecter la vie quotidienne : par exemple, tiraillements et irritations au niveau de la zone. Cela peut même favoriser infections récurrentes. Mais surtout, les problèmes apparaissent lorsqu’il y a n’importe quel type d’activité sexuelle. C'est pourquoi les lubrifiants sont essentiels pour faciliter les relations et éviter les inconforts, les douleurs et autres problèmes courants.

L'origine de la sécheresse vaginale

«La sécheresse est produite par une diminution des œstrogènes. Les œstrogènes et les androgènes ont des récepteurs au niveau de la vulve et du vagin, et ce sont eux qui fournissent l'élasticité nécessaire pour que les relations sexuelles soient confortables et non gênantes”, explique Francisca Molero, sexologue clinicienne de Máxima. Par conséquent, lorsque les niveaux hormonaux chutent, Les tissus vaginaux deviennent plus fins et moins élastiques, tandis que la lubrification est réduite et le pH augmente, favorisant encore davantage la sécheresse. Également connue sous le nom de vaginite atrophique, cette affection – c'est ainsi que l'appelle l'Association espagnole pour l'étude de la ménopause (AEEM) – présente, à son tour, divers symptômes. “Les plus fréquents sont des douleurs lors des rapports sexuels, une sensation de brûlure, des démangeaisons vaginales ou des pertes anormales”, précise l'AEEM.

Vous aimerez aussi :  Avoine, noix et lentilles, les aliments de la longévité

Lorsqu’il s’agit de traiter ce symptôme courant de la ménopause, les lubrifiants ont beaucoup à dire. En plus de devenir un autre outil pour profiter du sexe – seul ou en couple – ils sont excellents pour utiliser des appareils d'entraînement du plancher pelvien ou comme complément aux jouets érotiques. Non seulement ils vous aideront à profiter davantage du moment présent, mais ils encourageront la femme à retrouvez votre vie sexuelle. Quelque chose qui a aussi son intérêt physiologique, puisque, comme l'indique l'AEEM, “l'activité sexuelle (y compris la masturbation) peut aider les tissus vaginaux, les gardant doux et plus élastiques”.

Un traitement du moins au plus

Ceux qui souffrent de ce symptôme devraient consulter leur gynécologue ou un sexologue clinicien, qui les aidera à trouver le traitement le plus approprié. “Normalement, cela se fait par étapes”, explique le sexologue de Máxima. Par conséquent, il est habituel de commencer par des hydratants vulvaires et vaginaux. S'ils ne sont pas efficaces, les œstrogènes appliqués localement sont continués, sous forme de crème ou de suppositoires. « Et, selon les symptômes associés, on peut prescrire des médicaments ou recourir à protocoles laser, infiltrations de plasma riche en plaquettes ou radiofréquence”, détaille l'expert.

Familiarisez-vous avec le lubrifiant

La première chose à prendre en compte lors du choix d’un lubrifiant est sa fonction. «Pour un usage quotidien, une crème hydratante vulvaire et vaginale est recommandée pour maintenir la zone dans des conditions optimales. Mais le lubrifiant est destiné à un usage spécifique”, explique le Dr Molero. Ces produits permettent donc d’éviter les frictions et les inconforts au niveau du vagin. Ils agissent rapidement, mais aussi de courte durée. Autrement dit, ils ne traitent pas la sécheresse vaginale – puisqu'ils ne modifient pas l'épithélium – mais constituent plutôt un outil pour combattez-le à des moments précis.

Vous aimerez aussi :  Lait de coco : réduit l'inflammation et aide les défenses

Il est également essentiel de prendre en compte s'il sera utilisé ou non avec un préservatif. Puisque certains, comme ceux à base d'huile, peuvent endommager le latex. Une autre option consiste à disposer de plusieurs lubrifiants. « Par exemple, ceux en silicone peuvent être intéressants à un moment donné pour changer. Ils ont une texture différente et peuvent provoquer des sensations différentes lorsqu’ils sont appliqués et stimulés par rapport à ceux à base d’eau », explique l’expert. De plus, lors de son introduction dans la relation de couple, il est essentiel d'en parler avec l'autre membre. Cela aidera à normaliser son utilisation et à oublier les tabous ou la honte.

Comment choisir les meilleurs lubrifiants pendant la ménopause

En tout cas, Cumlaude Lab partage quelques directives pour le choix des formules qui tendent à présenter le plus grand intérêt à ce stade :

  • Ceux à base d'eau, meilleurs s'ils contiennent acide hyaluronique et acide lactique, ont une consistance similaire aux sécrétions vaginales physiologiques. Cela aidera à garder la zone intime douce et hydratée.
  • Avoir un pH autour de 4,5.
  • Respecter une osmolalité – quantité de particules dissoutes dans un liquide – d'environ 380 Osm/Kg. C’est un élément clé pour minimiser le risque d’irritation de la muqueuse vaginale (paramètres recommandés par l’OMS).
  • Ne contient aucune substance pouvant être nocive pour votre zone intime comme des parabènes, des colorants ou des allergènes.
  • De plus, lors du choix du meilleur lubrifiant, il est essentiel de vérifier qu'il est testé dermatologiquement et gynécologiquement.

Une fois ces aspects pris en compte, il ne reste plus qu'à choisir celui qui nous convainc le plus de par sa texture, ses ingrédients ou ses propriétés « supplémentaires ». Dans cette sélection, nous avons compilé cinq lubrifiants très intéressants pour la phase de ménopause.

Vous aimerez aussi :  Six bons toniques pour peaux sensibles que nous recommandons

Lubrifiant Ginesens, du laboratoire Cumlaude

Une bonne idée est de choisir des lubrifiants qui ont un effet chaud ou froid. De cette manière, tout en assurant la lubrification, on peut stimuler la libido et le plaisir, qui peuvent parfois aussi être affectés pendant la ménopause. Lubrifiant Ginesens, avec texture gel, laisse une sensation de chaleur car il a un effet vasodilatateur qui augmente le flux sanguin. Cela stimule donc l’excitation. Contient du ginkgo biloba, de l'arginine, de l'extrait d'huile de gingembre et du panthénol.

Gel lubrifiant, de Wopausia

Ce gel lubrifiant, qui contient, entre autres ingrédients, de l'aloe vera, de l'acide hyaluronique et du gotu kola, est enrichi en prébiotiques. C'est-à-dire qu'il aide à maintenir l'équilibre de la flore vaginale, évitant ainsi l'apparition d'infections.

Gel hydratant intime éco, de Desliz !

Pour celles qui optent pour une cosmétique écologique et biologique, ce lubrifiant a été formulé avec un Composition 100% naturelle, vegan et durable, certifié par BioVidaSana. En plus d'être respectueux du corps, il est respectueux de l'environnement, puisque ses ingrédients sont issus de l'agriculture biologique certifiée.

Lubrifiant silicone, de Pjur Woman

L’une des options recommandées par Francisca Molero est d’avoir une variété de lubrifiants. Par exemple, un avec une base en silicone. Ceux-ci sont plus durables, car leur texture reste plus longue et est beaucoup plus épaisse. Celui-ci, de la marque allemande Pjur, se distingue par sa grande viscosité sans parfum et avec des ingrédients respectueux de toutes les peaux. Il est important de noter que les lubrifiants à base de silicone sont compatibles avec les préservatifs et les sextoys en latex, mais ne doivent pas être utilisés avec les jouets en silicone.

L'huile Libertine, de Ho Karan

La sélection se termine par une huile. Les lubrifiants à base d'huile ne sont pas compatibles avec le latex, mais ils constituent une option supplémentaire à prendre en compte. Celui-ci, de la marque naturelle française Ho Karan, base sa formule, comme le reste des produits de la firme, sur le cannabis. De plus, il contient de l'huile de noisettes grillées et d'autres extraits de plantes érogènes comme cacao, figue, gingembre ou ginseng. Elle peut également être utilisée comme huile de massage et est entièrement comestible.