Autres

Nous analysons la campagne du gouvernement contre les pseudothérapies et expliquons toute la confusion qu'elle a générée

Nous analysons la campagne du gouvernement contre les pseudothérapies et expliquons toute la confusion qu'elle a générée

La méditation, le yoga, le tai-chi ou la pleine conscience sont-ils des pseudo-thérapies ? De l'avis du ministère de la Santé, il semble que ce soit le cas, puisqu'il s'agit de pratiques qui n'ont pas le support de preuves scientifiques suffisamment solides. Dans le même temps, les rapports étayant cette conclusion reconnaissent également qu’ils peuvent offrir des avantages dans certaines circonstances et conditions de santé. Comment s’explique cet apparent paradoxe ?

Pour le comprendre, il faut remonter quelques années en arrière. La lutte du ministère de la Santé contre ces pratiques a commencé en 2018, lorsqu'il a publié son Plan de protection de la santé contre les pseudothérapies, dans lequel il commençait par décrire la pseudothérapie comme « la substance, le produit, l'activité ou le service ayant une prétendue finalité de santé qui n'a pas d'effet sur la santé ». “est étayé par des connaissances scientifiques ou des preuves scientifiques qui soutiennent son efficacité et sa sécurité.” À partir de là, le plan proposé examiner les preuves scientifiques existantes de 138 pratiques incluses dans ce que l’on appelle les « thérapies alternatives ».

Le premier tamis

Une première sélection a eu lieu : sur les 138 techniques utilisées, 72 ont été immédiatement classées comme pseudothérapies car aucune étude scientifique n’a pu être identifiée à leur sujet dans la base de données PubMed (de la National Library of Medicine des États-Unis). Parmi elles, par exemple, l'hydrothérapie du côlon, l'hypnose ericksonienne, l'iridologie, le feng shui ou la médecine orthomoléculaire. Les 66 autres avaient effectivement un certain type de soutien dans des publications scientifiques, mais il s’agissait d’évaluer rigoureusement la solidité de ces preuves. Et c’est à partir de là que ces évaluations ont commencé.

Vous aimerez aussi :  Pourquoi il faut manger de l'orange au petit-déjeuner : de l'anti-inflammatoire à la rassasiante, tous ses bienfaits

Les premiers entraînements qui ont échoué à l'examen ont été les Magnétothérapie statique, régime macrobiotique, massage thaïlandais et guérison spirituelle active. Aucun d’entre eux, selon les rapports respectifs, « n’a démontré qu’il disposait de connaissances scientifiques ou de preuves scientifiques qui soutiennent leur efficacité et leur sécurité et, par conséquent, leur utilisation à des fins de santé n’est pas recommandée ».

Cela s'est produit en 2019 et, depuis lors, le Réseau espagnol d'agences pour l'évaluation des technologies de santé et des bénéfices du système national de santé a réalisé des revues de la littérature scientifique sur le reste des pratiques (y compris la méditation, la méthode Pilates ou le yoga). Maintenant, la Santé a annoncé huit nouvelles évaluations: thérapie sous vide, tai chi, luminothérapie, respiration consciente, chi-kung/qigong, Zerobalancing, aromathérapie et techniques de relaxation basées sur l'induction de sensations corporelles. Tous les rapports peuvent être lus sur la page #ConNprove

De toutes, la thérapie par le vide est la seule à être avertie de ses risques : « La thérapie par les ventouses ne peut pas être considéré comme une thérapie sûre en raison des risques inhérents à l’application de la technique au corps humain, principalement dans le cadre de la thérapie par le vide humide. Pour le reste, son effet est généralement assimilé à celui d’un placebo ou ses éventuels bénéfices sont liés à la pratique d’une activité physique.

Pourquoi sont-elles considérées comme des pseudothérapies ?

C'est le contexte. Mais la publication des différents rapports, ou plus précisément les gros titres qu'ils ont suscités, a été source de polémiques. Surtout parce qu'ils suggèrent que l'inclusion par la Santé de pratiques telles que le tai-chi, le pilates, la pleine conscience, le yoga ou la méditation dans le groupe des pseudothérapies implique que ils sont considérés comme inutiles ou, directement, comme des fraudes.

Vous aimerez aussi :  Changements d'humeur pendant la ménopause, pourquoi ne pas arrêter d'en avoir ?

« Il faut bien comprendre l'essentiel », explique le médecin. Miguel Martin, médecin de famille qui se définit comme « sceptique par nature et par vocation scientifique ». Selon lui, cette tâche du ministère « est essentielle, car elle doit assurer la santé et la sécurité des citoyenset les alerter des risques qu’ils peuvent courir en faisant confiance au pouvoir de prétendues thérapies pour guérir certains maux.

Le but, poursuit-il, «Cela ne veut pas dire que faire du Pilates est mauvais., ou que la méditation ou le yoga sont inutiles. Si vous lisez attentivement les rapports, ce qu’ils disent, c’est qu’ils ne s’appuient sur aucune preuve scientifique qui corrobore leur utilité à des fins de santé.

Ainsi, dans le rapport sur le tai-chi, par exemple, on peut lire que « de manière générale, on peut conclure que le tai-chi en tant qu'activité physique pratiquée dans diverses pathologies, notamment celles de la zone musculo-squelettique, est bénéfique en termes de bien-être perçu et à diverses fonctions telles que la réduction de la douleur.

Dans le cas du yoga, l'étude a porté sur ses effets dans certains contextes pathologiques, comme l'asthme, les lombalgies coniques, la rééducation après un accident vasculaire cérébral, l'asthme ou la sclérose en plaques, entre autres. Et ils concluent qu’en raison des limites de la qualité des revues et de la rareté des études, « ils ne nous permettent pas de proposer des conclusions fiables sur l'efficacité et la sécurité de l'utilisation du yoga comme intervention thérapeutique ou de réadaptation dans ces conditions cliniques.

« Tout ce langage, loin d'aider le citoyen, ne fait qu'inciter à la confusion », prévient le médecin. Francisco Vázquezspécialiste en gériatrie, qui recommande depuis des années la pratique de certaines de ces techniques à ses patients.

Vous aimerez aussi :  Teaser, l'exercice de base du Pilates qui améliore le tronc : comment on le fait et à quoi ça sert

« Les preuves scientifiques sont très bonnes, mais nous devons garder à l’esprit que ne pas trouver le niveau de preuves recherché par le ministère ne doit pas nécessairement désavouer une certaine pratique. Et, en fait, en s’en tenant à la lettre, ce qui est dit, c’est que dans ces rapports «Son utilisation à des fins non sanitaires n’est pas valorisée». Mais les ministères de la Santé et des Sciences eux-mêmes titrent : « ils préparent de nouveaux rapports pour lutter contre les pseudothérapies ». Et, avec cela, se transmet le sentiment que des pratiques comme le yoga, le Pilates ou la méditation sont mises dans le même sac que d'autres inspirées par l'ésotérisme ou le paranormal.

C'est pourquoi il est intéressant de s'intéresser au contenu des rapports. En méditation, par exemple, on note que « les résultats de la méditation basée sur le mantra indiquent que ce type de méditation pourrait produire un effet bénéfique sur les niveaux d'anxiété, la dépression, le stress général et la qualité de vie post-traumatique et liée à la santé. Cependant, la pertinence clinique des effets obtenus n’est pas claire.

“Il n'y a pas de tromperie de la part du ministère, le message est simplifié”, déclare le Dr Martín. « Il est parfaitement décrit à quoi peut ou non servir l’une de ces pratiques du point de vue des preuves scientifiques. Et il est important de rappeler un autre objectif de cette campagne : empêcher les personnes atteintes de maladies aussi graves que le cancer, par exemple, deabandonner leurs traitements et se laisser emporter par la prétendue magie “des pratiques thérapeutiques qui n'ont montré aucune utilité”.