Autres

Comment la ménopause affecte le plancher pelvien et que faire pour y remédier

Comment la ménopause affecte le plancher pelvien et que faire pour y remédier

Parler du plancher pelvien n’est heureusement plus rare. Il n’est pas nécessaire de remonter très loin dans le temps pour constater que ce n’était pas le cas auparavant. Par exemple, il y a seulement six ans, on estimait que un tiers des femmes ne connaissaient même pas son existence. “Il y en a encore qui ne sentent pas leur plancher pelvien, mais heureusement, c'est quelque chose de rare”, explique Lorena Corcuera, sage-femme spécialisée dans le plancher pelvien à l'hôpital HLA Jerez Puerta del Sur (Cadix), appartenant au groupe ASISA. La sage-femme confirme que parmi ses patientes, celles qui sont passées par la ménopause sont de plus en plus préoccupées par ce domaine. Chose logique, puisque lors de ce processus physiologique, le le plancher pelvien peut être affecté.

“Pour commencer, le réduction de production de collagène et de l'élastine “Cela influence négativement l'ensemble des muscles du plancher pelvien”, explique l'expert. Et il ajoute : “Ces changements tissulaires sont provoqués par un déséquilibre hormonal, notamment une baisse des œstrogènes.”

La perte de masse musculaire a également beaucoup à voir avec un éventuel dysfonctionnement. “Par exemple, il existe des études qui ont prouvé que l'épaisseur du muscle de l'urètre diminue de 3 % chaque année chez ces femmes”, illustre-t-il.

Enfin, la perte d'élasticité des ligaments est un autre problème. facteurs de risque liés à la ménopause. Mais ce ne sont pas les seuls déclencheurs. Grossesse, accouchements (vaginale ou césarienne), obésité, constipation et sports d'effort comme le crossfit Ils peuvent également être nocifs pour ces muscles.

Qu'est-ce que le plancher pelvien ?

Même si, comme le souligne la sage-femme, on prend de plus en plus conscience du plancher pelvien, il convient de rappeler de quoi il s'agit : « Un ensemble de muscles, de ligaments et de fascias qui soutiennent trois grands organes : le utérus, vessie et rectum«, définit-il. Mais cela ne s'arrête pas là.

Vous aimerez aussi :  Comment réussir : voici comment les experts programment votre esprit pour réussir

Lorena Corcuera se souvient de quelque chose de fondamental : “Il est interdépendant avec d'autres groupes musculaires du corps, comme l'abdomen, la zone lombaire et le diaphragme – qui lui sert de toit – et ils agissent tous ensemble.”

Cela implique deux choses. D'une part, pour parler d'un plancher pelvien sain et fonctionnel, il est important d'avoir également une zone abdominale et un dos forts. Par contre, lorsqu'un dysfonctionnement apparaît –par manque de tonus, généralement– peut se traduire par divers symptômes allant de l’incontinence urinaire à des prolapsus (vessie, rectum ou utérus) ou encore des douleurs lancinantes dans le bas du dos.

Votre rapport à la sexualité

Il existe également une relation directe entre plancher pelvien et sexualité. Le spécialiste soutient qu'il est important que “la qualité des relations sexuelles soit étroitement liée au fait d'avoir un plancher pelvien tonique”.

En fait, dans ce groupe musculaire, il existe plusieurs muscles qui influencent directement les orgasmes. «Sur le plan superficiel on retrouve l'ischiocaverneux et le bulbocaverneux (ou bulbospongiosus), qui contribuent au maintien de l'érection du clitoris, puisqu'ils l'entourent. De plus, dans une zone plus profonde se trouvent le pubococcygien et l'iliococcygeus, qui se contractent quand il y a un orgasme; Par conséquent, s’ils sont affaiblis, cette sensation sera beaucoup plus faible”, détaille-t-il.

Leur relation est telle que la sage-femme affirme que lorsque la femme se rend en consultation, elle s'interroge toujours sur la qualité de ses orgasmes : “C'est une indication pour savoir si son plancher pelvien est bon ou si quelque chose se passe”, souligne-t-elle.

Vous aimerez aussi :  Les clés pour demander pardon quand on a tort

Un autre problème qui peut apparaître est douleur dans les relations ou dyspareunie. «Dans ce cas – précise l'expert -, il s'agit d'une hypertonie. C’est-à-dire lorsque le tonus musculaire est plus élevé que la normale. Cela arrive généralement aux femmes très stressées, qui se contractent constamment, sont très nerveuses… De plus, diverses études trouvent déjà une relation de cause à effet entre le bruxisme et les tensions du plancher pelvien.

Comment travailler les muscles pelviens

Bien qu'il soit possible que le plancher pelvien présente un excès de tonus, il est le plus courant que pendant la ménopause, il y a un affaiblissement. C’est pour cette raison qu’il est essentiel d’entraîner ces muscles. Le travail dépendra s'il a une finalité préventive ou s'il existe déjà une pathologie.

“Les exercices de Kegel fonctionnent très bien, notamment pour éviter, voire atténuer l'incontinence urinaire”, explique la sage-femme ASISA. Mais, insiste-t-il, « nous échouerons si nous nous limitons à eux ». Il est également essentiel travailler tout le noyau. C'est-à-dire l'abdomen, le bas du dos, les fessiers, les rotateurs de la hanche, etc. Exercices hypopressifs et la méthode 5p Ce sont de grands alliés.

Lorena Corcuera énumère de nombreux autres outils pour traiter le plancher pelvien. Il biofeedback, qui est un appareil permettant d'effectuer des exercices assistés par un équipement qui traduit les contractions musculaires en signaux (acoustiques ou graphiques) afin que le patient et le spécialiste puissent percevoir le travail. Ou électrostimulation périnéale ; massage par vibrateur; la fréquence radio

Quoi qu'il en soit, l'expert souligne l'importance de subir une évaluation préalable du plancher pelvien à la ménopause. Ce qui doit d'ailleurs être fait régulièrement, comme les contrôles gynécologiques : “Il est essentiel de voir son état, de savoir s'il y a un dysfonctionnement et de choisir le plan d'action”, souligne-t-il. De plus, c’est le meilleur outil de prévention. «Beaucoup de femmes arrivent alors que le problème ou le symptôme apparaît déjà et, même s'il peut être résolu, c'est beaucoup plus difficile. La prévention, dès le plus jeune âge, est donc le moyen le plus efficace pour atteindre la ménopause avec un plancher pelvien en bon état.

Vous aimerez aussi :  Transparence et qualité des tissus, les enjeux de la mode d'ici 2030