Nutrition

Pourquoi ne pouvez-vous pas arrêter de manger même si vous êtes rassasié ?

Pourquoi ne pouvez-vous pas arrêter de manger même si vous êtes rassasié ?

Les aliments « malsains » favorisent la libération de dopamine par votre cerveau, ce qui augmente votre sentiment de bien-être. Mais se gaver de nourriture n’est en aucun cas la clé pour être plus heureux.

Les premier et deuxième cours appartiennent désormais au passé et vous n'en pouvez plus. Tout était si délicieux que Tu ne pouvais pas arrêter de manger et tu es sur le point d'éclater. Mais voici le dessert, qui s'annonce vraiment appétissant. Alors vous faites un petit trou – même s'il n'y en a pas – dans le ventre et, ustensiles à la main, vous attaquez les friandises. Même si tu n'as pas faim. Même si vous êtes absolument rassasié et que votre système digestif, déjà saturé, va se « mettre en colère » de le charger d'encore plus de travail. Et ce n’est pas que vous vous soyez laissé emporter par la gourmandise : il y a une raison scientifique pour l’expliquer.

« Manger trop » est en fait un concept relatif. Cela dépend de chaque personne, de sa capacité à ingérer et à digérer des quantités plus ou moins importantes de nourriture. Et même si tout le monde continue de dévorer les assiettes, vous avez dépassé votre limite depuis de nombreuses bouchées.

Quelque chose qui arrive à tout le monde. Continuellement. Pourtant, comme l'indique Lorna Costa, coach nutritionnelle spécialisée dans les troubles de l'alimentation, « on se sent coupable, voire honteux, pendant qu'on mange. Et c'est ça Nous devons manger ce que nous voulons vraiment, pas ce que nous pensons devoir manger». Le problème est que le cerveau n’est pas toujours d’accord.

Augmentez votre sentiment de bien-être

C'est ce qu'on appelle l'appétit ou la faim hédoniste, dans lequel peu importe que le corps soit bourré et qu'il n'est pas nécessaire d'accumuler plus d'énergie. Le cerveau va en demander plus. Et c'est que les aliments riches en calories et dont la consommation est agréable, généralement en raison de leur goût, activent, comme l'a observé l'Université de Rochester, le système de récompense du cerveau, ce qui se traduit par une augmentation de libération de dopamine et sensation de bien-être. Il ne s’agit pas de manger pour survivre, mais pour le plaisir.

Vous aimerez aussi :  Comment arrêter l'auto-sabotage - WeLife

Tu te sens ballonné

Avez vous fini de manger. Et même si le buffet de salades regorge toujours d'aliments sains, on ne pense même pas à y toucher. Tu en as eu assez. Mais s’ils mettent le chariot à gâteaux devant vous, vous êtes perdu. Vous reviendrez à se sentir ballonné, nauséeux, courir à la recherche des toilettes dans lequel soulager votre gonflement. Tu dois arrêter. Nous vous expliquons ce que les experts recommandent pour y parvenir. Et c'est très simple.

Chaque repas à son heure : n'ayez pas faim

Il faut être curieux. Demandez-vous pourquoi vous avez si faim. Identifiez la raison pour laquelle vous faites la vaisselle comme s’il n’y avait pas de lendemain. Par exemple, et même si vous ne devriez jamais le faire, avez-vous sauté le petit-déjeuner ? Vous arriverez au repas complètement affamé. Lorna Costa explique que «La première chose à faire est d'éviter d'avoir faimce qui nous poussera automatiquement à trop manger.

Demandez-vous si vous avez vraiment besoin de manger plus

La prochaine étape consiste à écouter votre corps et à ignorer votre cerveau. Si vous vous sentez déjà rassasié, il n’y a aucune raison de continuer à avaler des calories et de risquer de prendre quelques kilos que vous aurez du mal à perdre. L'expert souligne qu'« il est important faites une pause au milieu du repas et évaluez si vous êtes déjà satisfait et, si nécessaire, demandez-vous si vous avez vraiment besoin de continuer à manger de la nourriture pour le simple fait qu'elle est déjà là.

Vous aimerez aussi :  À quelle heure manger des protéines pour avoir plus de force et d'énergie

Manger trop ne résout pas vos problèmes

A noter : si l'origine de cette fête est de célébrer une bonne nouvelle, en cas de promotion professionnelle, ne vous retenez pas. Personne n'est amer à propos d'un bonbon et vous avez tous les droits du monde, que vous fêtiez ou non, de vous faire plaisir. Mais si ce sont des émotions négatives qui vous poussent continuellement à ces crises de boulimie, si vous vous tournez vers la nourriture, notamment malsaine ou malsaine, pour tenter d'oublier vos soucis et calmer votre anxiété, il est temps d'y remédier.

Il est vrai que manger de la glace au chocolat avec une cuillère peut soulager votre douleur, mais ce n'est pas la solution à long terme. Affrontez-les sans passer par le réfrigérateur. En fait, ces frénésie peut ajouter encore plus de pensées négatives à votre esprit, en cas de culpabilité due à un manque de maîtrise de soi ou à une baisse de l'estime de soi.

La nourriture ne disparaît pas

Alors évitez d'accumuler la faim avant asseyez-vous à table et évaluez votre niveau de satisfaction pendant la nourriture elle-même. Et après? Eh bien, il est temps pour une autre pause et une nouvelle réflexion. Comme le dit Lorna Costa, « vous vous rendrez compte que vous allez bien, que même si vous le pouvez, vous n'avez pas besoin d'une collation, ce qui vous empêchera de continuer à manger sans réfléchir».

Après un certain temps, vous pouvez toujours revenir pour ce dessert que, cette fois, vous avez laissé tomber. Comme conclut l'expert, “n'oubliez pas que la nourriture ne va nulle part et que vous pouvez manger à nouveau dans 10 minutes”.

Vous aimerez aussi :  Pourquoi ne pas boire du café l'estomac vide